vendredi 28 décembre 2012

CHILI : MANDAT D'ARRÊT CONTRE L'ASSASSIN PRÉSUMÉ DE VÍCTOR JARA

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

VICTOR JARA À PARIS EN 1961
Le magistrat a ordonné la capture et a émis un ordre international de recherche et d'arrestation l'assassin présumé Pedro Barrientos Nuñez, officier particulièrement cruel, surnommé « le Prince », qui réside en Floride aux États-Unis. L’ancien officier Barrientos nie toute implication dans le meurtre du populaire chanteur, auteur et compositeur populaire chilien.

VICTOR JARA EN ATTENTE DE JUSTICE

Par Claire Martin

Arrêté, torturé et tué 

Le 11 septembre 1973, jour du coup d’Etat fomenté par le commandant en chef de l’armée de terre Augusto Pinochet qui renverse le président Salvador Allende, Victor Jara allait chanter à l’Université technique. Il est arrêté, emmené au Stade Chili, converti en un immense centre de détention et de tortures où 3 000 personnes attendent, sans comprendre, un futur incertain. 
Un officier particulièrement cruel, surnommé « le Prince », pour sa voix impérieuse, ses cheveux et ses yeux clairs, aurait ordonné les tortures, selon des anciens compagnons de douleur de Victor Jara. C’est lui qui aurait tiré le premier coup de feu dans le crâne du chanteur, en jouant à la roulette russe. « J’ai la ferme conviction que les assassins de Victor Jara tant matériels qu’intellectuels sont identifiés presque à 100 %, martèle l’avocat de la famille Cristian Cruz. Celui qu’on surnommait ' le Prince ' a un prénom et un nom. Et ils sont mentionnés dans le dossier que nous avons fourni au juge. »

samedi 22 décembre 2012

« DIX-HUIT ANS PLUS TARD, 
LES ZAPATISTES SONT TOUJOURS LÀ »

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
LES INDIGÈNES PORTAIENT UN NUMÉRO SELON LA ZONE ZAPATISTE À LAQUELLE ILS APPARTIENNENT. PHOTO VÌCTOR CAMACHO 
Dans une surprise générale, cette mobilisation pacifique, a été d'une grande ampleur et a mobilisé près de 50 000 zapatistes. Ce serait l'action qui aurait réuni le plus de zapatistes depuis 1994, selon les médias nationaux.
« Votre monde va s'effondrer, et le nôtre est en train de resurgir »
Le Silence des hommes et femmes indigènes zapatistes n'a été rompu que par les constants applaudissements et cris de la foule les accompagnants « Vive Marcos », « Vive l'EZLN », « Vous êtes l'orgueil du Mexique », et « Vivent les zapatistes ».


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
PORTRAIT DU SOUS-COMMANDANT MARCOS.     JOHN BERGER

Les Zapatistes ont marché avec ordre, dignité, discipline et cohésion, et en silence, un silence qui s'est fait beaucoup entendre. De la même manière qu'ils ont de se couvrir le visage pour être vu, ils ont aujourd'hui manifesté en silence pour être écouté. Il s’agit d'un silence qui exprime une capacité génératrice féconde d'autres horizons et de transformation sociale. Un grand potentiel. Un silence qui communique la volonté de résistance face au pouvoir « qui reste en silence est ingouvernable disait Ivan Illich ».

Un cycle de lutte politique a pris fin au Mexique ce premier janvier en même temps qu'un autre s'ouvrait. L'EZLN a beaucoup à dire dans cette nouvelle carte de luttes sociales qui commence à se dessiner dans le pays avec l'élection très contestée de Enrique Pena Nieto, et le retour du parti de la « dictature parfaite » du PRI. 


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
« DIX-HUIT ANS PLUS TARD, 
LES ZAPATISTES SONT TOUJOURS LÀ »

Depuis un an et demis, de nombreux mouvements sociaux ont émergé au Mexique, qui remettent en question le pouvoir des partis politiques. Ils ne se sentent représentés par aucun d'entre eux. Le mouvement Pour la Paix avec Justice et Dignité, #YoSoy132, les luttes communautaires contre l'insécurité publique et la dévastation écologique, les protestations étudiantes en défense de l'éducation publique entre autre, qui marchent tous dans des chemins distincts de ceux de la politique institutionnelle. Les sympathisants à la cause zapatiste dans ces forces sont réels.


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

VOUS AVEZ ENTENDU? 
C'EST LE SON DE VOTRE MONDE EN TRAIN DE S'EFFONDRER, C'EST CELUI DU NOTRE QUI RESURGIT. LE JOUR QUI FUT JOUR, ÉTAIT NUIT, ET NUIT SERA LE JOUR QUI SERA LE JOUR.  

DÉMOCRATIE! 
LIBERTÉ ! 
JUSTICE!  
DEPUIS LES MONTAGNES DU SUD-EST MEXICAIN, 
POUR LE COMITÉ CLANDESTIN REBEL INDIGÈNE - COMMANDANCE GÉNÉRAL DE L'EZLN 
SOUS-COMMANDANT INSURGÉ MARCOS, 
MEXIQUE DÉCEMBRE 2012


Les Zapatistes fonctionnent de manière autonome, les autorités se gouvernent elles-mêmes, elles exercent leur justice et résoudre les conflits agraires. Dans leurs territoires, les rebelles ont fait fonctionner leurs systèmes de santé et d'éducation en marge de ceux des gouvernements, ils ont organisé leur production et leur commercialisation, et maintenu leur structure militaire. Ils ont résolu avec succès le défi générationnel pour les charges. Ils ont réussi à sortir des efficaces menaces du narcotrafic, l'insécurité publique, et la migration.


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
« DIX-HUIT ANS PLUS TARD, 
LES ZAPATISTES SONT TOUJOURS LÀ »
La force de leur mobilisation nous montre qu'au lieu de diminuer avec le cours des années, il a augmenté. C'est un indicateur que la stratégie de contre insurrection du gouvernement ne marche pas. 
A la fin de la manifestation des feuilles circulaient présentant un communiqué de la Commandance Général de L'EZLN. 

vendredi 21 décembre 2012

DU DANGER D’ENQUÊTER SUR LA DICTATURE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
TROIS JOURNALISTES CHILIENS CRISTÓBAL PEÑA, MAURICIO WEIBEL ET JAVIER REBOLLEDO,  ENQUÊTANT SUR DES VIOLATIONS DES DROITS DE LA PERSONNE PENDANT LA DICTATURE DU GÉNÉRAL AUGUSTO PINOCHET ONT ÉTÉ VICTIMES D’INTRODUCTIONS PAR EFFRACTION DANS LEURS RÉSIDENCES AU COURS DES DERNIERS JOURS, ONT DÉNONCÉ DES GROUPES DE PRESSE.

Javier Rebolledo, quant à lui, a publié récemment « La danse des corbeaux. Le destin final des détenus-disparus » (voir "LLB" du 15/11). Ce livre raconte la vie de l’ex-majordome de Manuel Contreras (chef de la DINA) et les horreurs commises dans la caserne Simon Bolivar, un centre d’extermination au sein duquel quatre-vingts militants du parti communiste ont été assassinés. On y apprend aussi que l’homme d’affaires Ricardo Claro finançait les agents de la police secrète.


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
COUVERTURE DU LIVRE « LES FUSILIERS », (NON-TRADUIT),  DANS LEQUEL JUAN CRISTÓBAL PEÑA,  RACONTE L’ATTENTAT MANQUÉ DU FRONT PATRIOTIQUE MANUEL RODRIGUEZ CONTRE AUGUSTO PINOCHET EN 1986.  
Juan Cristóbal Peña, pour sa part, est l’auteur du livre «  Les fusiliers », dans lequel il raconte l’attentat manqué du Front patriotique Manuel Rodriguez contre Augusto Pinochet en 1986. Il a également travaillé en tant que scénariste pour la série « Les archives du Cardinal », qui aborde le travail de la Vicaria de la Solidaridad pour sauver la vie des opposants à la dictature.
A ces trois cas, il faut ajouter les appels téléphoniques anonymes reçus par Carlos Dorat, coauteur du livre avec Mauricio Weibel, et le vol de l’ordinateur de Pascale Bonnefoy, correspondante du « New York Times », il y a un mois. Même si elle estime que le doute est raisonnable, la journaliste - connue pour ses enquêtes sur « le circuit bureaucratique de la mort » - affirme ne pas disposer pour l’instant d’éléments suffisants pour assimiler son cas à celui de ses quatre confrères.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

LES JOURNALISTES PASCALE BONNEFOY ET JOHN DINGES DANS LE HALL DU MUSÉE LA MÉMOIRE À SANTIAGO DU CHILI. DANS LE MUSÉE LA MÉMOIRE ON PEUT Y DÉCOUVRIR DES IMAGES DU BOMBARDEMENT DU PALAIS PRÉSIDENTIEL AU MOMENT DU PUTSH, LES PREMIÈRES PHOTOS DE DÉTENUS POLITIQUES TRANSFÉRÉS DANS DES CENTRES CLANDESTINS, DES LETTRES DE FILS À LEURS PÈRES DISPARUS, DES INSTRUMENTS DE TORTURE ET DES COUPURES DE PRESSE DE L'ÉPOQUE. LE 11 SEPTEMBRE 1973, LE GÉNÉRAL AUGUSTO PINOCHET RENVERSAIT SALVATOR ALLENDE ET S'EMPARAIT DU POUVOIR PAR LA FORCE. PHOTO QUOTIDIEN EN LIGNE LA NACIÓN.

« Un climat inquiétant »

Tous ont en tout cas entrepris des enquêtes qui pourraient indisposer les nostalgiques du régime militaire. Le travail d’investigation de ces cinq journalistes se concentre, en effet, sur la manière dont fonctionnait la répression sous la dictature, laissant apparaître le nom des bourreaux, alors que le rapport officiel de la commission nationale Vérité et Réconciliation évoquait principalement les victimes. « Il s’agit d’une situation extrêmement grave pour la démocratie , commente Mauricio Weibel, visiblement très marqué par les événements. Ceci correspond aux pires horreurs du XXe siècle et non pas à un pays qui regarde vers le futur. » Pour Eduardo Contreras, l’avocat des journalistes, « la succession de tels agissements visant à occulter les liens politiques entre des agents des services secrets de la dictature et des fonctionnaires toujours en activité démontre un climat inquiétant » .

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

MIGUEL KRASSNOFF MARTCHENKO, C.I. N° 5.477.311-0, OFFICIER DE L’ARMÉE D’ORIGINE AUTRICHIENNE, MEMBRE DE L’ÉTAT MAJOR DE LA DINA, SURNOMMÉ LE « CHEVAL FOU » PAR SA CRUAUTÉ ENVERS LES PRISONNIERS. JEUNE LIEUTENANT AU MOMENT DU PUTSCH DU 11 SEPTEMBRE 1973, IL A PARTICIPÉ A L'ASSAUT ET LE PILLAGE DE LA MAISON PRÉSIDENTIELLE DE TOMAS MORO. COMME LA PLUPART DES OFFICIERS SUD AMÉRICAINS, IL A SUIVI LES STAGES ANTI SUBVERSIFS DE L’ÉCOLE DES AMÉRIQUES DES ÉTATS-UNIS AU PANAMA. CITÉ DANS PLUS DE 90 CAS D’ASSASSINATS ET DISPARITIONS D’OPPOSANTS, SON NOM EST DEVENU ─AVEC CELUI DU GÉNÉRAL MANUEL CONTRERAS─ UN SYMBOLE DE L’ATROCE RÉPRESSION DÉCHAÎNÉE AU CHILI PAR PINOCHET PENDANT PRESQUE DEUX DÉCENNIES.
Une nouvelle fois, le Chili est rattrapé par son douloureux passé. L’année dernière, un hommage a été rendu au tortionnaire Miguel Krassnoff, ainsi qu’à Augusto Pinochet. La lenteur des procès est souvent dénoncée par les familles des disparus et beaucoup d’ex-agents de la DINA restent en liberté. Ce climat d’impunité freine donc un travail de mémoire pourtant nécessaire, alors que le pays va commémorer en 2013 les quarante ans du coup d’Etat militaire.

mercredi 19 décembre 2012

DES JOURNALISTES VICTIMES D’INTIMIDATIONS POUR DES ENQUÊTES SUR LA DICTATURE MILITAIRE

JOSÉ WEIBEL ET SON FILS MAURICIO. JOSÉ WEIBEL FUT UN DIRIGEANT DU PARTI COMMUNISTE CHILIEN,  IL FAIT PARTIE DE LA LONGUE LISTE DES DISPARUS SOUS LA DICTATURE D'AUGUSTO PINOCHET. 
Correspondant de l’agence d’information allemande DPA, président du l’Union sud-américaine des correspondants de presse, et correspondant de Reporters sans frontières au Chili, Mauricio Weibel a été victime de trois intrusions et cambriolages à son domicile, entre le 14 et le 16 décembre 2012.

Le 14 décembre, sa voiture a été volée, puis retrouvée par la police un peu plus tard, dans la commune de la Cisterna (zone sud de Santiago), entièrement démantelée. Quelques heures après le vol de son véhicule, un individu vêtu comme un carabinier s’est rendu à son ancienne résidence et a demandé au concierge des informations sur la famille du journaliste. L’individu a refusé de s’identifier et est reparti à bord d’un taxi.

Le lendemain, des inconnus se sont introduits dans la maison de Mauricio, et y ont volé deux ordinateurs portables contenant des documents relatifs à son enquête sur le rôle des services secrets durant la dictature. Dans la même après-midi, un homme a été surpris par des amis de la famille en train de prendre des photos de la maison. Il a fuit lorsqu’on lui a demandé de s’identifier.

Le 16 décembre, alors que la police avait déjà organisé des rondes autour de son domicile, un troisième cambriolage a été commis. Cette fois-ci, un individu a réussi à s’introduire dans son foyer alors que le journaliste parlait au téléphone avec le Ministre de l’Intérieur Andres Chadwick, qui lui a garanti sa sécurité.

CHILI : DÉMISSION DU MINISTRE DE LA JUSTICE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
SUITE À  UN NOUVEAU SCANDALE DE CORRUPTION DANS L'ÉDUCATION SUPÉRIEURE CHILIENNE, LE  MILLIARDAIRE CONSERVATEUR SEBASTIÁN PIÑERA, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DU CHILI, A NOMMÉ, LUNDI 17 DÉCEMBRE 2012, MME PATRICIA PEREZ, COMME NOUVELLE MINISTRE DE LA JUSTICE. PHOTO ALEX IBAÑEZ

Propriétaire d’une des plus grandes universités privées du pays, l’Université autonome, il est suspecté d’avoir trempé dans une affaire de corruption. Il a recommandé à la gendarmerie d’employer pour deux contrats de courte durée un homme aujourd’hui en détention provisoire pour corruption et blanchiment d’argent.

Cet homme est Luis Eugenio Diaz, ancien président de la Commission nationale d’accréditation la CNA, chargée d’attribuer aux établissements d’enseignement supérieur, un label de qualité conféré par l’Etat. Alors qu’il en était président, toutes les universités privées ont obtenu leur accréditation, apparemment à coup de pots de vin.

Si aucune preuve ne pèse jusqu’ici contre le ministre, les soupçons sont devenus trop forts. Et sa défense maladroite, presque agressive, a fini de le pousser vers la porte.

dimanche 16 décembre 2012

CHILI : VOL CIBLÉ AU DOMICILE DU JOURNALISTE MAURICIO WEIBEL, AUTEUR D'UNE ENQUÊTE SENSIBLE SUR LA DICTATURE

MAURICIO WEIBEL COAUTEUR DU LIVRE  « ASSOCIATION ILLICITE : LES ARCHIVES SECRÈTES DE LA DICTATURE » (ED. CEIBO, OCTOBRE 2012, NON-TRADUIT).  MAURICIO WEIBEL EST LE FILS DE JOSÉ WEIBEL, DIRIGEANT DU PARTI COMMUNISTE CHILIEN, ARRÊTÉ ET DISPARU EN 1976.

Il ne s'agit pas d'un cambriolage ordinaire. Les voleurs savaient ce qu'ils comptaient trouver : l'ordinateur du journaliste contenant des documents relatifs à son enquête sur le rôle tenu par les services de renseignement dépendant des forces armées sous la dictature militaire (1973-1990). De ce travail d'investigation, Mauricio a tiré un livre « Association illicite : les archives secrètes de la dictature » (Ed. Ceibo, octobre 2012, non-traduit). Vingt-quatre heures avant la violation de son domicile, la voiture du journaliste avait été dérobée puis retrouvée un peu plus tard par la police entièrement désossée dans la commune de la Cisterna, dans la zone sud de Santiago.


« Au cours de son enquête, qui l'avait amener à consulter des archives jusqu'alors inaccessibles, Mauricio s'était plaint de menaces ou de 'risques' pesant sur lui, qui auraient dû davantage alerter les autorités. Une protection à la mesure des risques en question doit être octroyée au journaliste et à sa famille. Il y a toujours danger pour les journalistes des anciens pays du Plan Condor à mener des enquêtes de fond sur cette période. Mauricio Weibel doit bénéficier du soutien de la profession, non seulement pour sa sécurité, mais pour sa contribution à la vérité sur l'une des pages les plus sombres de l'histoire récente sud-américaine », a déclaré Reporters sans frontières.


Mauricio Weibel est le fils de José Weibel, dirigeant du Parti communiste chilien, arrêté et disparu en 1976.




samedi 15 décembre 2012

CHILI : 21 DÉCEMBRE 2012, DATE DE LA FIN DU MONDE ? DANS CE CAS, FAITES DON DE VOS BIENS À L’EGLISE

«Selon certaines rumeurs, un chinois ou un japonais construirait actuellement un bateau comme l’Arche de Noé – a déclaré l’Evêque. Si nombreux sont ceux qui croient que le monde finira le 21 décembre, nous, en tant qu’Eglise, nous n’avons aucun problème à ce que les gens nous fassent don de leurs biens et nous laissent leurs propriétés. Je vous promets qu’après le 21 décembre, nous prierons éternellement pour eux attendus que je suis sûr qu’après cette date nous serons encore vivants. Si ceux-ci veulent s’en aller loin d’ici, ils feront seulement un grand bien en donnant leurs propriété à l’Eglise ». 

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
MONSEIGNEUR BERNARDO BASTRES FLORENCE, PRÊTRE DES SALÉSIENS DE DON BOSCO (S. D. B.). LE 4 MARS 2006 JOSEPH ALOIS RATZINGER ACTUEL SOUVERAIN PONTIFE DE L'ÉGLISE CATHOLIQUE ROMAINE,  (BENOÎT XVI) L'A NOMMÉ ÉVÊQUE DE PUNTA ARENAS. PHOTO DE 2005 ÉGLISE CATHOLIQUE DU CHILI 

L’Evêque a conclu : « Cette histoire de la fin du monde n’a rien de sérieux. Je ne me crée pas de problèmes. J’ai déjà des obligations jusqu’à la fin de l’an prochain et si nous mourons, ce sera la volonté de Dieu ». Dans cette zone méridionale du Chili, l’angoisse est grande à ce sujet, au point que nombreux sont ceux qui demandent à leur Curé ce qu’ils doivent faire. (CE) (Agence Fides 11/12/2012)

jeudi 13 décembre 2012

«AU CHILI, 71% DES MOINS DE 14 ANS SONT VICTIMES DE MALTRAITANCE»

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

Il confirme une tendance presque inchangée depuis 1994, date du premier rapport sur la maltraitance sur l’enfant au Chili publié par l'Unicef.

Une situation d’autant plus grave qu’elle laisse les autorités chiliennes indifférentes.

« J’y pense, puis j’oublie », ça pourrait être le refrain des gouvernements chiliens successifs, de droite comme de gauche. Tous les 6 ans depuis 1994, l’Unicef tire la sonnette d’alarme. Sur 4 enfants au Chili de moins de 14 ans, un seul est bien traité par ses parents. Le deuxième est victime de violences psychologiques : enfermé, insulté, moqué, boudé. Le troisième est victime en plus de coups sans gravité. Ses parents le brusquent, le baffent, lui tirent les cheveux. Quant au quatrième, c’est un enfant battu. Le chercheur Osvaldo Torres explique pourquoi.

Osvaldo Torres : « Dans notre culture, il existe un mépris pour la condition d’enfant. Nous n’avons pas dépassé l’idée que l’enfant est un objet, similaire à une pierre qu’il faudrait sculpter. Et comme toute pierre, il faut frapper fort pour bien la sculpter. L’idée que la punition corrige et éduque reste une méthode pédagogique et éducative valide. »
Autrement dit, la société approuve. Les parents n’ont pas l’impression de commettre une erreur. Ce qui manque, c’est un changement de mentalité. Et pour la psychologue de l’Unicef Soledad Larrain, ça passe par des politiques publiques.

Soledad Larrain : « Il y a une absence de politique de prévention. Il faut davantage soutenir les parents au cours de l’éducation, travailler avec eux sur des formes alternatives de discipline parce que finalement, la grande majorité des parents reproduisent un comportement violent qu’ils ont eux-mêmes subi à la maison. Enfin, il faut une législation intégrale basée sur la Convention des droits de l’enfant. »

Le Chili est le seul pays d’Amérique latine à ne pas avoir refondé sa législation sur la Convention des droits de l’enfant, alors qu’il l’a ratifiée en 1990. Elle date toujours du siècle passé. Non seulement il n’y a pas de politique de prévention des abus, mais il n’y a pas non plus de sanction à hauteur du problème. Près d’1 enfant sur 10 au Chili est victime d’agression sexuelle, selon le rapport de l’Unicef. José Andres Murillo en fait partie. Ce philosophe de 35 ans a créé la Fondation pour la confiance.

José Andrés Murillo : « On a un système qui finalement, indirectement, protège les agresseurs parce qu’il met toujours en question la parole des enfants. On a beaucoup de lois pour protéger les banques, les entreprises… Tout le monde des adultes. Mais pour le monde des enfants, il n’y a pas beaucoup de législation, ni de protection. »

Si les autorités promettent d’y remédier, elles considèrent généralement qu’il y a plus urgent.

mercredi 12 décembre 2012

CHILI : PINOCHET ÉTAIT AU COURANT DES CRIMES ET DÉLITS

DESSIN DE A.CIDE 

Selon M. Alejandro Solís, Manuel Contreras, l’ancien chef de la police politique de la Direction nationale du renseignement (DINA), avait l’habitude de rejoindre le général Pinochet chez lui le matin pour partager son déjeuner et lui rapporter toutes les missions menées par ses agents. 
Le gouvernement chilien estime qu’environ 3 095 personnes ont été tuées au Chili durant le régime Pinochet. /L

vendredi 7 décembre 2012

CHILI: À SANTIAGO, LA PLUS HAUTE TOUR DU CONTINENT FAIT DÉBAT

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
 IMAGE PLATAFORMA URBANA

La tour comptera 41 ascenseurs aux cabines pressurisées et plus de 5.500 places de parking. Un méga centre-commercial jouxtant le bâtiment a déjà ouvert ses portes et quatre autres immeubles, abritant hôtels de luxe et bureaux, doivent compléter le projet.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
COSTANERA CENTER À SANTIAGO DU CHILI
Un édifice « neutre »

Moderne, cet édifice de forme oblongue totalement vitré avec à son sommet un cylindre dissocié est également « assez neutre », explique l'architecte Luis Eduardo Bresacini, président du Collège des architectes du Chili.
« D'un point de vue architectural, c'est une construction intéressante. C'est un bel édifice », admet de son côté l'architecte et urbaniste Julio Hurtado, un des opposants au projet.
Selon ses promoteurs, les fondations anti-antisismiques de la tour garantissent sa pérennité, dans une zone fortement exposée aux tremblements de terre.
Au total, ce sont 700.000 m2 qui seront construits sur une surface de 47.000 m2, dans un quartier déjà très fréquenté et congestionné, ce qui a déclenché l'ire de certains urbanistes et groupes de citoyens.
« Nous parlons de 5% de la population de la ville (6 millions d'habitants, ndlr) circulant dans un petit périmètre. Le chaos que cela va générer constituera un cas d'école à la portée importante », prévient M. Hustado.

La «  Tour Eiffel de Santiago »

Parmi ses créateurs, le projet est tour à tour présenté comme «  le succès commercial et architectural le plus imposant de Santiago » ou un "symbole du développement" du Chili après que la crise de 2009 a paralysé les travaux pendant 10 mois.
L'homme d'affaires allemand Horst Paulman, qui dirige le groupe de distribution Cencosud à l'origine de ce projet d'un milliard de dollars,souligne que le Costanera Center sera à Santiago ce que la Tour Eiffel est à Paris: un symbole indissociable de la ville.
Mais pour ses détracteurs, ce méga-projet bordant la rivière Mapocho vient certes illustrer une conjoncture économique exceptionnelle pour le Chili, mais figure également un capitalisme triomphant au prix d'inégalités sociales parmi les plus importantes au monde.
En 2011, le Chili - dont l'économie repose pour une bonne part sur ses ressources minières - figurait en tête du classement des pays aux inégalités de revenus les plus fortes parmi les 34 membres de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).
Selon le gouvernement chilien, les 10% de la population les plus riches y gagnent 35 fois plus que les 10% plus pauvres, alors que le rapport moyen est de neuf dans l'OCDE.
«  C'est un symbole du développement de la richesse, qui peut être vue mais pas partagée au Chili, ainsi que d'un pays qui se trouve aux portes du développement avec de brutales contradictions », assure à l'AFP Julio Hurtado.
« Il y a peu d'espaces dans le monde où l'élite se représente tant égocentriquement », assène-t-il encore, en écho aux frustrations des nombreux exclus du « miracle » économique chilien.
Mais la tour géante projette déjà son ombre sur le centre-ville et sa construction doit s'achever dans quelques mois, fin avril 2013.


DISPARUS AU CHILI: PARIS NE PAIERA PAS

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
L'AVOCAT, ME WILLIAM BOURDON
S'EST RÉCEMMENT HEURTÉ AU REFUS 
DE LA COMMISSION D'INDEMNISATION 
DES VICTIMES D'INFRACTION (CIVI). 

Leur avocat, Me William Bourdon, s'est récemment heurté au refus de la Commission d'indemnisation des victimes d'infraction (Civi). Pour la Civi, les faits sont antérieurs à la date butoir du 1er janvier 1976, donc trop anciens pour donner lieu à une compensation financière. Peut-être estime-t-elle aussi, mais sans l'écrire, que la France n'a pas à indemniser des victimes de crimes commis à l'autre bout du monde. Bref, la France était prête à juger, pas à payer. Comme il est peu probable que les ex-militaires versent un jour les dommages et intérêts auxquels ils ont été condamnés à Paris, les familles ne percevront pas un sou.

jeudi 6 décembre 2012

SOUVENIRS ARCHITECTURAUX ET PARTISANS AU SIÈGE DU PCF, SIGNÉ NIEMEYER

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
2, PLACE DU COLONEL FABIEN DANS LE XIXÈ ARRONDISSEMENT DE PARIS, LE SIÈGE DU PARTI COMMUNISTE  FRANÇAIS ŒUVRE DE L’ARCHITECTE BRÉSILIEN OSCAR NIEMEYER. 

Il se souvient surtout du talent de Niemeyer et de son écoute, des « très, très bons échanges » pour un résultat classé au patrimoine national. « Quand il expliquait l'architecture, tout le monde pouvait comprendre », note « Jojo ».




OSCAR NIEMEYER AUTEUR D'UNE OEUVRE MAJEURE POUR L'ARCHITECTURE CONTEMPORAINE, LE BRÉSILIEN OSCAR NIEMEYER A MARQUÉ LE 20È SIÈCLE PAR SES MULTIPLES CRÉATIONS, DE BRASILIA À PARIS EN PASSANT PAR NEW YORK.  RETOUR EN VIDÉOS SUR LE TRAVAIL DE CET ARCHITECTE MODERNISTE.


Assis dans la salle située sous la coupole, il se rappelle avoir "pris la parole, là" lors d'un hommage à un camarade sénégalais. « Ca fait quelque chose », raconte-t-il; encore ému. C'est « là » aussi que le programme commun a été signé en 1972. C'est "là" qu'ont lieu les grands rendez-vous du PCF.
L'œuvre continue d'émerveiller. Mylène Cala, 24 ans, adhérente aux jeunesses communistes, a « toujours le choc visuel quand on sort du métro, avec cette coupole blanche ». « Et puis il y a l'histoire que porte ce bâtiment ».
En trois jours, Oscar Niemeyer, réfugié politique en France, dessine l'esquisse du bâtiment et fait cadeau de son œuvre au Parti communiste français.
« Ca plait, c'est comme une jolie femme », souligne « Jojo » qui ne croit pas si bien dire. « Cette coupole, Niemeyer en fait la représentation de la fécondité, de tout ce qui est porteur vers l'homme », selon Gérard Fournier.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
LE SIÈGE DU PARTI COMMUNISTE  FRANÇAIS ŒUVRE DE L’ARCHITECTE BRÉSILIEN OSCAR NIEMEYER. PHOTO MILENA CHESSA (CLICHÉ PRINTEMPS 2011)

Aujourd'hui, l'esquisse de Niemeyer est affichée dans le bureau de Gérard Fournier. « A l'inauguration, avec Georges Marchais, il y avait beaucoup d'effervescence, une grande fierté », raconte l'administrateur, « on était loin de s'imaginer que 40 ans plus tard ce serait une référence architecturale ».
Chaque année, 15.000 visiteurs « des écoles d'architecture du monde entier » viennent visiter le 2, place du Colonel Fabien.
Ils ne sont pas les seuls à fouler le sol du siège du PCF.
Longtemps qualifié de « bunker » [ «Un bunker de luxe» selon le journal de l'industriel et sénateur de droite de l'Essonne, Serge Dassault, Le Figaro ], « forteresse », « abri antiatomique », le siège du Parti communiste Français ouvre désormais ses portes au cinéma, à la haute couture ou à des conférences.

« Ce lieu est loin d'être un musée, c'est un lieu ouvert, au service de l'homme », assure Gérard Fournier, administrateur depuis 17 ans. C'est aussi un lieu où travaillent tous les jours des dizaines de personnes.
Dans les étages, entre deux portes, il se raconte des histoires de parties de basket-ball dans les bureaux, de bataille d'eau au sous-sol et même d'un court métrage « ironique » qui ne « sera jamais diffusé », tourné dans le parking...
D'autres films, plus sérieux, y ont été tournés comme « De l'autre côté du périph » avec Omar Sy. « Ce bâtiment développe une imagination folle », selon Mylène Cala qui énumère « les mille petit carrés blanc du plafond de la salle sous la coupole, les couloirs en demi-cercle... »
« C'est aussi un lieu où s'élabore la politique du Parti communiste français », rappelle Gérard Fournier.
Drapeaux brésilien et français sont en berne au siège du PCF où un livre d'or a été ouvert.


PIERRE LAURENT : « L'UN DES GÉNIES DE L'ARCHITECTURE DU XXE SIÈCLE VIENT DE S'ÉTEINDRE »

 [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
AU 2, PLACE DU COLONEL FABIEN DANS LE XIXÈ ARRONDISSEMENT DE PARIS, LE SIÈGE DU PARTI COMMUNISTE  FRANÇAIS ŒUVRE DE L’ARCHITECTE BRÉSILIEN OSCAR NIEMEYER. PHOTO L'HUMANITÉ.
Travailleur acharné, Oscar Niemeyer a mené une existence de bâtisseur et de novateur, mettant au monde des œuvres imaginées pour que « les hommes et femmes heureux sentent la vie dans toute sa plénitude et sa fragilité ». S'entourant de multiples talents, Oscar Niemeyer prit soin de former de nouvelles générations d'architectes, de techniciens et d'ingénieurs.

Au Brésil, il a pensé et créé Brasília, la nouvelle capitale, comme « un acte démocratique » pour sa nation.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
LA COUPOLE BLANCHE SURPLOMBE LE CONSEIL NATIONAL DU PCF, AUTREFOIS COMITÉ CENTRAL. SOUS LA COUPOLE BLANCHE, DES CENTAINES DE LAMELLES EN ALUMINIUM CONFÈRENT SANS DOUTE « UNE BELLE ACOUSTIQUE ET UN ÉCLAIRAGE REPOSANT AU LIEU» MAIS ELLES CRÉENT SURTOUT UN ÉCRIN INATTENDU. PHOTO L'HUMANITÉ.

Oscar Niemeyer portait en lui la jeunesse du communisme, il l'a portée jusqu'à son dernier souffle. Son œuvre est révolutionnaire parce qu'il aimait l'humanité et la vie qui n'a de sens que dans la solidarité et la fraternité du genre humain.

Le Parti communiste français partage la profonde peine de sa famille en se joignant à l'hommage national et international qui lui est rendu en ce 6 décembre, et convie les amis et admirateurs d'Oscar Niemeyer à venir témoigner leur affection au siège du PCF à Paris où un cahier de condoléances est ouvert. Le PCF organisera prochainement un hommage public et deux journées portes ouvertes permettant aux Parisiens de visiter l'œuvre du créateur extraordinaire que fut Oscar Niemeyer.

mardi 4 décembre 2012

TROIS CORPS RETROUVÉS SUITE À LA DISPARITION DE QUATRE PÊCHEURS CHINOIS AU CHILI

TROIS CORPS ONT ÉTÉ RETROUVÉS TANDIS QU'UN AUTRE EST TOUJOURS PORTÉ DISPARU, APRÈS QU'UN BATEAU DE PÊCHE CHINOIS, ANCRÉ DANS LE DÉTROIT DE MAGELLAN AU CHILI, A SIGNALÉ DIMANCHE LA DISPARITION DE QUATRE PÊCHEURS, ONT INDIQUÉ LUNDI DES SOURCES DE L'AMBASSADE DE CHINE À SANTIAGO. PHOTO  EL MAGALLA NEWS

L'ambassade chinoise a indiqué à Xinhua que les identités des trois pêcheurs avaient été vérifiées et qu'elle avait demandé aux autorités chiliennes de faire tout leur possible pour retrouver le quatrième disparu. L'ambassade apportera son assistance aux missions de recherche et de secours ainsi qu'à l'enquête sur la cause de la disparition des quatre pêcheurs.

Le capitaine du bateau avait signalé dimanche aux autorités chiliennes que quatre pêcheurs manquaient à l'appel.

Le bateau était ancré à proximité de Punta Arenas, la ville située à l'extrême-sud du Chili. Il y avait trente pêcheurs à bord du bateau.

lundi 3 décembre 2012

TEST MP3

[ Pour écouter, cliquer sur la flèche ]



RADIO FRANCE INTERNATIONALE - RFI « GRAND REPORTAGE, CHILI : TERRE D’IMMIGRATION POUR JEUNES ESPAGNOLS » , DE CLAIRE MARTIN
DURÉE : 00:19:31

DÉBUT DES AUDIENCES SUR LE DIFFÉREND TERRITORIAL MARITIME ENTRE LE PÉROU ET LE CHILI

La Bolivie, précisément, a envoyé des représentants à La Haye pour suivre les débats, dans le but de déterminer les conséquences de la procédure devant la CIJ sur ses prétentions à un accès à la mer. 
Le plus haut organe judiciaire des Nations unies tiendra des audiences jusqu'au 14 décembre, le Pérou étant le premier à prendre la parole, lundi à partir de 15H00 (14H00 GMT) et mardi, le Chili devant présenter ses arguments jeudi et vendredi. Un deuxième tour de plaidoiries aura lieu la semaine suivante tandis qu'un jugement n'est pas attendu avant des mois.

mardi 27 novembre 2012

PREMIER VOL D'UN DRONE CHILIEN

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
LE DRONE DE RECONNAISSANCE « LASCAR ». PHOTO REUTERS
Selon le département de Strategic Defence Intelligence, le « Lascar » est équipé de deux moteurs électriques, il pèse 14 kg et peut atteindre une altitude de 3,5 kms. Son rayon d'action est de 30 kms. Le poste de commande du drone peut être fixé sur une voiture. /L

dimanche 25 novembre 2012

UN SOUS-MARIN ÉQUATORIEN RENTRE AU PAYS APRÈS UNE MODERNISATION AU CHILI

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
LE « SS-102 HUANCAVILCA » EST UN SOUS-MARIN CLASSE 209 DU TYPE 1300. IL A ÉTÉ CONSTRUIT POUR LA MARINE « FORCE NAVALE DE L'ÉQUATEUR », (ARMADA DEL ECUADOR) DANS LES CHANTIERS NAVALS DE HOWALDSWERKE DE LA VILLE DE KIEL, EN ALLEMAGNE. PHOTO RAZÓN Y FUERZA  
« Le sous-marin est resté pendant 4 ans au chantier naval Asmar Talcahuano, pour une période d’entretien, pendant laquelle son équipage a subi une période d’entrainement spécial, » ajoute le communiqué

Le sous-marin Huancavilca subit le même processus de modernisation, et sera livré en février 2014.

jeudi 22 novembre 2012

PROSTITUTION JUVÉNILE AU CHILI: QUATRE PROXÉNÈTES RESTERONT EN PRISON

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
DÉTENTION PROVISOIRE : UN JUGE A AUTORISÉ LA POLICE CHILIENNE À GARDER 16 SUSPECTS DERRIÈRE LES BARREAUX LE TEMPS QU'ELLE EFFECTUE SON ENQUÊTE SUR UN PRÉSUMÉ RÉSEAU DE PROSTITUTION JUVÉNILE. PHOTO CRISTIAN SOTO

Parmi ces clients figurent Guido Vallejos, âgé de 83 ans, le rédacteur en chef du magazine pour enfants «Barrabases», et Jaime Roman, âgé de 69 ans, un ancien producteur musical pour la télévision d'État, bien connu du public chilien.

Les avocats de la défense soutiennent que les hommes ignoraient que les prostituées étaient mineures et donc qu'ils commettaient un crime en ayant recours à leurs services.

Le président chilien, Sebastian Piñera, a annoncé de nouvelles mesures cette année pour lutter contre les mauvais traitements à l'égard des enfants en réaction au tollé provoqué par la hausse de 22 pour cent de ce genre de crimes au Chili, qui est l'un des pays les plus conservateurs d'Amérique latine.

Le gouvernement Piñera a aussi interdit aux personnes condamnées pour pédophilie de travailler à proximité de jeunes en vertu d'une nouvelle loi prévoyant l'inscription des individus reconnus coupables d'agression sexuelle sur des mineurs ou de possession de matériel pornographique juvénile dans une base de données.

Plusieurs enseignants ont été accusés durant les derniers mois d'avoir agressé sexuellement des enfants dans des garderies et des écoles de quartiers cossus de Santiago.

mercredi 21 novembre 2012

LE CHILI CHERCHE À PRIVATISER LES MERS

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
DES PÊCHEURS PROTESTENT DANS LES ENVIRONS DU CONGRÈS À  VALPARAISO. CONTRE LA POLÉMIQUE DE LOI PÊCHE  DITE « LOI LONGUEIRA  ». PHOTO TOMÁS FERNÁNDEZ, MISE À JOUR LE 20/11/2012

D’après certains analystes, le président Sebastian Piñera propose de réactiver une loi qui avait initialement été pensée sous la dictature d’Augusto Pinochet.

Le pays a traversé un processus de privatisation parmi les plus radicaux à niveau mondial, avec la vente d’entreprises publiques de transport, d’électricité, de télécommunications, d’alimentation, ainsi que de banques et d’autres services publics comme la sécurité sociale, l’éducation et la santé.

Pour Juan Carlos Cardenas, directeur exécutif de l’organisation environnementale chilienne Ecocéanos, le gouvernement cherche à boucler l’une des toutes dernières réformes néolibérales de l’économie que serait la privatisation des mers.

« Cette nouvelle subvention au profit des oligopoles et des oligarques les plus nantis du pays est un pied de nez aux demandes en faveur de l’augmentation du salaire minimum, de l’accès universel à une éducation gratuite et de qualité, d’une santé publique décente, du droit à un logement digne ou de l’amélioration des prestations de retraite », a souligné Cardenas.

Le projet suscite également une vive inquiétude chez les pêcheurs, qui craignent qu’il ne puisse entraîner l’extinction de la pêche artisanale. À l’heure actuelle, seuls les petits exploitants sont autorisés à pêcher dans la zone limitée à cinq milles des côtes. L’idée est de protéger les rivages, qui recèlent une faune plus abondante et éviter ainsi tout risque de surexploitation par chalutage.

En attendant, il est envisagé de procéder à la réforme de la réglementation et d’ouvrir cet espace au secteur industriel, ce qui reviendrait à livrer la totalité des mers chiliennes aux mains des quatre sociétés.

La zone ainsi créée représente une superficie d’approximativement 2.400.000 km2, soit plus de trois fois la superficie du territoire national du Chili.

De surcroît, le projet de loi prévoit que les droits de pêche accordés aux grandes sociétés leur soient octroyés à perpétuité, avec la possibilité de les transmettre en héritage à leurs descendants.

D’après les chiffres officiels, le secteur de la pêche procure de l’emploi à 128.000 personnes, dont 68 % sont des pêcheurs artisanaux. En outre, environ 5.000 personnes sont employées sur les bateaux de pêche.

Le projet de loi suscite également des réactions d’opposition au sein des communautés autochtones qui estiment que l’extension des pouvoirs de l’industrie de la pêche est susceptible d’entraîner des atteintes à la Convention 169 de l’Organisation internationale du travail relative aux peuples indigènes et tribaux.

Cette convention, ratifiée par le Chili en 2008, exige que les peuples indigènes et tribaux soient consultés à travers leurs institutions représentatives, et ce à chaque fois que des mesures législatives ou administratives sont prévues qui sont susceptibles de les affecter directement.

Historiquement, l’exploitation soutenable de poissons, de fruits de mer et d’algues a fait partie intégrante de la vie économique et culturelle des Mapuche, des Rapa-Nui et des Kawesqar .

En ce sens, Ana Nahuelpan, du Movimiento de Defensa del Mar de Mehuin, a indiqué que les peuples indigènes se voient spoliés de leurs droits.

« Nous nous opposons à cette loi car nous n’avons pas été consultés tel que le prévoit la Convention 169 de l’OIT. Nous enjoignons aux sénateurs de respecter l’obligation qui leur incombe en vertu du droit international et d’engager des consultations », a-t-il déclaré.


TAGS: EMPRESAS MULTINACIONALES • MEDIO AMBIENTE • PUEBLOS INDÍGENAS

mardi 20 novembre 2012

AVIGNONNAIS DISPARU AU CHILI, LES RECHERCHES STOPPÉES POUR CAUSE DE MAUVAIS TEMPS


Les trois marcheurs avaient été portés disparus le 7 novembre et les recherches s'étaient concentrées tout d'abord sur les pentes du volcan Villarrica à 2 847 mètres considéré comme l'un des plus actifs en Amérique du sud, situé à environ 800 km au sud de Santiago, dans la région de la ville de Temuco.

Jeudi les sauveteurs étaient appuyés par un hélicoptère équipée d'une caméra thermique capable de détecter la présence d'êtres humains. Environ 25 personnes étaient impliquées dans les opérations de recherches ainsi qu'un hélicoptère privé loué par la famille d'un des disparus.

Aujourd'hui les recherches ont été stoppées pour cause de mauvais temps mais plusieurs équipes de secours restent opérationnelles en cas de signaux de détresse.

dimanche 18 novembre 2012

JENNY BARRA, JEUNE DÉTENUE DISPARUE PAR LA DICTATURE IDENTIFIÉE PAR DES TESTS ADN


MME LAURISA ROSALES, MÈRE DE JENNY BARRA, DISPARUE IL Y A 35 ANS, DEVANT SON DERNIER PORTRAIT À LA MAISON FAMILIALE DE SAN BERNARDO. DES MILLIERS DE PARENTS DE DISPARUS N’ONT EU DE CESSE DE RETROUVER LEURS ENFANTS, ENGLOUTIS PAR L’APPAREIL DE TERREUR DE LA DICTATURE.
Jenny Barra avait été arrêtée une première fois en janvier 1974 par des militaires de l'école d'Infanterie de San Bernardo, et elle est passée très jeune par les camps de torture de Cerro Chena, à Tejas Verdes  et Tres Alamos, avant d'arriver à la prison de femmes. Elle a été relâchée après huit mois et elle a alors repris ses études à l'université catholique et ses activités militantes.

Surveillée par des agents de la CNI, le sinistre appareil de répression politique de la dictature qui a succédé à la DINA, Jenny Barra a été recapturée le 17 octobre 1977. Elle était au moment de sa disparition militante du Mouvement de la gauche révolutionnaire (MIR), parti politique chilien d'extrême gauche.
L'ÉCOLE D'INFANTERIE DE SAN BERNARDO, À 18 KMS AU SUD DE SANTIAGO. EN 1973, CE FUT L’UN DES PREMIERS SITES DE CONCENTRATION ET DE TORTURE DES PRISONNIERS POLITIQUES. DES FOUILLES SUR SES TERRAINS ONT MIS À JOUR DES RESTES HUMAINS ENSEVELIS CLANDESTINEMENT.

Il n'y a pas eu des témoins directs de son arrestation, mais le jour de sa disparition elle a été vue en pleurs à bord d’une voiture Peugeot appartenant à la DINA. Cette voiture a aussi été signalée lors d’autres arrestations intervenues à la même période sur la région. D’autres personnes arrêtées alors ont déclaré avoir entendu dans les locaux secrets de détention la voix de Jenny Barra soumise à des interrogatoires. 

Pour la famille et les proches ces trouvailles viennent clore plus de 35 ans d’angoisse et d’incertitude et confirment, pour les avocats chargés du dossier, que comme des milliers de « disparus » dans les geôles clandestines de la cruelle dictature chilienne, Jenny Barra a été exécutée de sang froid, dans des circonstances encore non établies.

JENNY BARRA ROSALES, LA JEUNE ÉTUDIANTE DE L'UNIVERSITÉ CATHOLIQUE DU CHILI ET MILITANTE ANTI DICTATURE, AU MILIEU DE SES FRÈRES ET SŒURS PEU AVANT SA DISPARITION EN 1977.
« NI LE TEMPS NI LA MORT
FERONT TAIRE TA VOIX,
NI PARDON NI OUBLI »,
pouvait-on lire sur les pancartes arborées le 10 novembre dernier lors des funérailles symboliques de Jenny Barra au mémorial des détenus disparus.
Mme Laurisa Rosales, mère de Jenny, a lancé un émouvant appel à continuer le combat « pour la vérité et la justice », et a exigé la juste punition des assassins responsables de toutes les disparitions.