samedi 27 juin 2015

GRÈCE : TSIPRAS ANNONCE UN RÉFÉRENDUM POUR LE DIMANCHE 5 JUILLET


Un peu plus tôt, le ministre des Finances grec Yanis Varoufakis a considéré que la Grèce et ses créanciers avaient « le devoir » de trouver un accord à l'Eurogroupe de samedi à Bruxelles. 

« Il n'y a pas de raison qu'il n'y ait pas d'accord demain à l'Eurogroupe, nous avons le devoir de trouver une solution », a déclaré M. Varoufakis dans une interview à la chaîne de télévision Ant1, tout en donnant des justifications au refus grec de la proposition des créanciers dans l'après-midi.

mercredi 24 juin 2015

VICTIMES DU PLAN CONDOR, SÉQUESTRÉES EN ARGENTINE, DÉCOUVERTS AU CHILI

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

RICARDO RAMIREZ, MATILDE PESSA ET SON ÉPOUX JACOBO STOULMAN 
(Identification des restes de trois victimes du plan Condor, séquestrées en Argentine, découverts au Chili). En mai dernier, ont été identifiés les restes de trois victimes chiliennes du plan Condor : Ricardo Ramirez, Jacobo Stoulman et son épouse Matilde Pessa.
Ramirez, militant communiste et chargé de l'organisation et des finances du parti en clandestinité, aurait été séquestré le 16 mai 1977 avec deux autres Chiliens et cinq Argentins.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
JACOBO STOULMAN ET SON ÉPOUSE MATILDE PESSA VICTIMES CHILIENNES DU PLAN CONDOR 
Quant aux époux, ils auraient été embarqués et détenus lorsqu'ils sortaient de l'avion qui les amenait à Buenos Aires, le 29 mai 1977, pour avoir apparemment fait partie d'un plan afin de verser des fonds qui serviraient à  l'opposition à la dictature.

Ces trois victimes disparues en mai 1977 à Buenos Aires ont été identifiés en mai dernier parmi les restes retrouvés en 2001 à Cuesta Barriga au Chili. Cette découverte corrobore les actions menées par la DINA et le SIDE argentin dans le cadre du plan Condor, qui consistait au transfert, à l'échange et à l'élimination des « subversifs » dans les années 1970 et 1980.
N. H.

CHILI: MANIFESTATION CONTRE LA POLITIQUE D'ÉDUCATION

Étudiants, professeurs, mais aussi parents d’élèves... ils étaient plusieurs milliers à défiler, le 17 juin 2015, dans les rues de Santiago du Chili. Dans leur viseur : le système d’enseignement dans le pays. Il faut savoir que 90% du financement universitaire provient de fonds privés, ce qui fait du Chili le deuxième pays où l’enseignement est le plus coûteux pour les étudiants, juste derrière les Etats-Unis. Pas facile pourtant, de bouleverser tout un système, en vigueur depuis la dictature de Pinochet. Avec Pauline Stefanini.

lundi 22 juin 2015

CHILI: ÉTAT D'«URGENCE ENVIRONNEMENTALE » À SANTIAGO

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
SANTIAGO DU CHILI  PLACÉE EN « ÉTAT D'URGENCE ENVIRONNEMENTALE »  PHOTO ALEX VALDÉS 
Santiago du Chili - La capitale chilienne devait être placée ce lundi en « état d'urgence environnementale »  pour la première fois depuis seize ans à la suite d'un pic de pollution atmosphérique, une mesure qui devrait paralyser 40% du parc automobile de Santiago alors que s'y déroule la Copa America 2015 de football.
«Demain situation d'urgence environnementale» , a annoncé sur son compte Twitter le gouverneur de Santiago Claudio Orrego, après trois jours consécutifs de « pré-alerte environnementale »  en raison de niveaux critiques de pollution.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
PHOTO QUOTIDIEN LA TERCERA

L'état d'alerte environnementale est la mesure d'alerte la plus élevée prévue par la législation chilienne lorsque les niveaux de pollution dépassent le niveau 500 de particules fines dites PM 2,5 (dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres). 

La mesure, la première de ce genre prise depuis 1999, paralysera 40% du parc automobile de Santiago et plus de 3.000 entreprises et autres sources de contamination de la capitale chilienne, qui compte 6,7 millions d'habitants. 

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
PHOTO QUOTIDIEN LA TERCERA

La suspension des cours d'éducation physique dans tous les collèges de Santiago et l'aménagement de voies exclusives de circulation pour les transports en commun figurent parmi les mesures prises par les autorités. 

La situation géographique de la capitale chilienne, encaissée entre plusieurs collines, perturbe le renouvellement de son air, phénomène auquel se sont ajoutées ces derniers jours une raréfaction des pluies et de fortes températures pour la saison. 

Ces hauts niveaux de pollution surviennent alors que se déroule la Copa America, dont Santiago est la principale ville d'accueil. 

Dimanche, alors que les indices de pollution étaient critiques, s'est déroulée à Santiago une rencontre capitale entre le Brésil et le Venezuela (2-1). 

Lundi et mardi, aucune rencontre n'est prévue, bien que la majeure partie des sélections participant à la compétition soient concentrées dans la capitale chilienne. 

[ La Confédération sud-américaine de football (Conmebol) stipule cependant qu'aucune rencontre de la compétition ne peut être suspendue au motif de la pollution. 

Les matchs de quart de finale de la Copa America reprendront mercredi, avec la rencontre opposant le Chili à l'Uruguay dans le Stade National de Santiago.

La ministre de la Santé, Carmen Castillo, a appelé la population à « prendre soin des enfants et des personnes âgées » et recommandé d'éviter de sortir sauf en cas d'extrême nécessité.


Les différents centres de santé de Santiago ont relevé une légère augmentation des consultations en raison de problèmes respiratoires courants en cette époque de l'année, ce qu'a confirmé la ministre, expliquant que la pollution augmente le risque de difficultés respiratoires. ]

samedi 20 juin 2015

CHILI : À 92 ANS, ELLE PORTAIT UN FOETUS MOMIFIÉ


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
PHOTO CHRISTIAN PAVÉZ



[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
UNE DU QUOTIDIEN «EL LÍDER» DE SAN ANTONIO, CHILI

La nonagénaire avait été transportée d'urgence à l'hôpital par sa famille après avoir subi une chute. C'est lors d'une radiographie des hanches que le fœtus, qui avait un développement d'environ sept mois et pesait deux kilos a été découvert. Pour des raisons non précisées, le fœtus s'est momifié sans causer de gêne particulière, la femme ignorant à l'époque qu'elle était enceinte. Elle a pu regagner son domicile quelques heures après son hospitalisation, sans qu'on ne l'opère.

jeudi 18 juin 2015

ALSTOM REMPORTE UN CONTRAT DE 260 MILLIONS D'EUROS AU CHILI

Longue de 580 kilomètres, cette "autoroute de l'énergie" devrait être opérationnelle en 2017 et permettra de relier les deux systèmes existants: le système interconnecté central et le système interconnecté du Norte Grande.

Le contrat remporté par Alstom comprend l'installation de trois nouveaux postes électriques à Chacayita, Los Changos et Cumbres, ainsi que l'extension du poste électrique de Nueva Cardones.

Le communiqué:


(Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)

mercredi 17 juin 2015

CHILI: LES PROFESSEURS MANIFESTENT CONTRE LA RÉFORME DE L'ÉDUCATION

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ] 
ARCHIVES REUTERS
Des milliers de professeurs chiliens, en grève illimitée depuis début juin, ont à nouveau manifesté mercredi dans les rues de Santiago contre la réforme de l'éducation portée par la présidente Michelle Bachelet.
Selon le Collège des professeurs du Chili, quelque 100 000 personnes, venues de nombreuses villes du pays, ont défilé dans la capitale, une marche à laquelle ont aussi participé des lycéens et étudiants. À l'issue de la manifestation qui s'était déroulée dans le calme, des affrontements ont opposé la police et des manifestants cagoulés qui leur jetaient des pierres et des bâtons. Les forces de l'ordre ont répliqué en projetant de l'eau et du gaz lacrymogène.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ] 

JAIME GAJARDO, PRÉSIDENT DU SYNDICAT DE PROFESSEURS
PHOTO HÉCTOR FLORES
« Après cette manifestation, nous nous attendons à une réponse satisfaisante du ministère » de l'Éducation, a déclaré le président du syndicat de professeurs, Jaime Gajardo.

Les enseignants veulent le retrait du projet de carrière, récemment envoyé au Congrès par le gouvernement, qui inclut une augmentation salariale d'environ 28% pour les nouveaux enseignants, en échange d'une évaluation périodique de leur travail.

Un projet perçu comme reposant sur la «méfiance» envers le travail des enseignants, ces derniers rejetant le système d'évaluation individuelle.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ] 

PHOTO HÉCTOR FLORES

Le Collège des professeurs du Chili, qui compte quelque 100 000 membres, a débuté le 1er juin un mouvement de grève illimitée qui touche 2200 établissements, soit 42% du total, selon les chiffres du gouvernement.

Ce projet de carrière fait partie de l'ambitieuse réforme d'un système éducatif largement privatisé et inégalitaire, hérité de la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990), que souhaite mettre en place la présidente socialiste Michelle Bachelet.

Concernant l'enseignement primaire, le Congrès a déjà validé une loi éliminant la sélection des élèves et interdisant aux écoles recevant des subventions de l'État de faire des bénéfices.


La présidente a par ailleurs annoncé la gratuité des études à partir de 2016 pour les quelque 260 000 étudiants les plus pauvres du Chili.

mardi 16 juin 2015

UNE NANTAISE DÉTENUE EN INDE EXTRADÉE VERS LE CHILI

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


Cette dernière qui a vécu une douzaine d'années à Saint-Herblain, où elle gravitait dans le cercle des militants socialistes avant de s'installer au Chili, est soupçonnée d'avoir participé à l'assassinat du sénateur d'extrême droite, Jaime Guzmán Errazuriz, en 1991 au Chili. Elle a été arrêtée le 17 février dernier à la frontière entre l'Inde et le Népal

Surnommée par la presse chilienne «la commandante Ana»
[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]   

MARIE-EMMANUELLE VERHOEVEN A ÉTÉ INTERPELLÉE PAR LA
POLICE INDIENNE, LE 17 FÉVRIER 2015, À LA FRONTIÈRE DU
NÉPAL. ELLE FAIT L’OBJET D’UNE NOTICE ROUGE D’INTERPOL
ÉMISE À LA DEMANDE DU CHILI,
Son parcours dans ce pays reste des plus nébuleux. Selon la presse chilienne, la Nantaise, connue sous le nom de «Comandante Ana», aurait appartenu à un mouvement armé d'extrême gauche mais elle aurait également été la compagne du chef de la police politique. Des faits qu'elle a toujours niés.

Faute d'accord d'extradition entre les deux pays, la justice indienne s'est appuyée sur l'accord signé en 1897 entre la couronne britannique et le Chili.

jeudi 11 juin 2015

LE CHILI CHERCHE À ATTIRER LES INVESTISSEURS ÉTRANGERS

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
INAUGURATION DU FORUM ÉCONOMIQUE FRANCO - CHILIENPHOTO ALEX IBAÑE
Le nouveau terminal de l’aéroport international de Santiago pour Aéroports de Paris (ADP), Vinci et son partenaire italien Astaldi ; la modernisation du métro de la capitale chilienne pour Alstom ; la participation à l’interconnexion des réseaux électriques du nord et du centre du pays pour Engie ; la construction d’un gigantesque réservoir de gaz natural liquéfié (GNL) pour Total… La France est aujourd’hui le deuxième fournisseur européen du Chili et ses entreprises s’en félicitent.
«On pourrait faire beaucoup plus », a toutefois estimé Michelle Bachelet, la présidente chilienne, venue dire à Paris et à Bruxelles, au sommet des 10 et 11 juin entre l’Union européenne (UE) et la Communauté des Etats d’Amérique latine et des Caraïbes (Celac), à quel point son pays comptait sur les investissements étrangers pour se diversifier.

La quatrième économie latino-américaine – et la première en termes de produit intérieur brut (PIB) par tête en parité de pouvoir d’achat (23 143 dollars) – souffre du ralentissement économique de la Chine, son premier client, et de la fin du boom des matières premières. Sa croissance, qui était de 4,5 % par an en moyenne entre 2001 et 2013, est tombée à 1,8 % en 2014. Elle devrait repartir dès cette année, le Fonds monétaire international (FMI) prévoyant + 2,7 % en 2015 et + 3,3 % en 2016, grâce au redressement de l’investissement des entreprises et à la bonne tenue du commerce extérieur. Santiago est signataire de vingt-quatre accords de libre-échange avec 63 pays et se positionne comme un « hub » d’exportation ou de réexportation dans la région et vers la zone Asie-Pacifique.

Diversification

Le tassement, peut-être durable, du prix des matières premières incite le Chili, premier producteur mondial de cuivre, à passer d’une économie « excessivement dépendante des matières premières et des ressources naturelles », à une économie plus diversifiée, selon le vœu de sa présidente et des trois ministres (économie, énergie, travaux publics) présents, mardi 9 juin, au Forum d’affaires franco-chilien de Paris. Tour à tour, ils ont vanté « la solidité » de l’économie et des institutions politiques chiliennes, ses bons classements internationaux en matière de compétitivité, de climat des affaires ou de lutte contre la corruption, ses excellents ratings et sa « fiabilité » en matière d’investissements directs étrangers (IDE).

Le Chili figure parmi les quinze premiers pays récipiendaires d’IDE, une place qui devrait être confortée par le vote récent d’une loi sur l’investissement établissant les principes de non-discrimination, d’accès au marché des changes et de garantie de rapatriement des capitaux et des bénéfices. Les dirigeants de groupes français implantés dans ce pays ont aussi mentionné l’existence, à Santiago, d’un marché financier «sophistiqué et profond». De quoi donner des idées à d’autres Français à l’heure où le Chili veut relever le défi des énergies renouvelables (solaire, éolienne, marémotrice…) et de l’économie de la connaissance ?

ACCENTS D'EUROPE

PHOTO SANHATTAN ET NORMATIVE URBAINE


[ Pour écouter, cliquer sur la flèche ]
 

Le Sommet entre les pays d’Amérique latine et l’Union européenne, le CELAC-UE, s’ouvre le 10 juin 2015 à Bruxelles, un Sommet surtout économique. Alors que l’Europe tente de sortir de la crise, l’Amérique latine constitue une réelle opportunité de développement pour les grandes industries, mais aussi pour les petites et moyennes entreprises. Et les consommateurs sont là : alors que le continent émergent voit sa classe moyenne grossir. Un exemple au Chili à la rencontre d’entreprises françaises qui ont réussi. Claire Martin.

mercredi 10 juin 2015

LA VÉRITÉ CHILIENNE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

POLITIQUE FAMILLE PLUS PAR LO COLE

INTERNATIONAL - Depuis le retour à la démocratie en 1990, le Chili a consolidé son économie sur les investissements étrangers et les ressources minières, dopant la croissance économique pendant deux décennies. Avec un taux de pauvreté qui est passé de 40% en 1990, à 14% en 2013, le Chili est surnommé parfois la Suisse de l'Amérique Latine pour son développement supérieur aux autres pays latino-américains. Cependant, selon la Commission Economique pour l'Amérique Latine et les Caraïbes des Nations Unies (CEPAL), le Chili reste l'un des champions sur la scène internationale en matière d'inégalité, ayant un coefficient de Gini des plus élevés de la planète, tout comme le Brésil.
PIERRE LEBRET
par Pierre-Lebret
La majorité des Chiliens en soif de droits et d'égalité
Le Chili a changé rapidement ces dernières années, les attentes sont différentes à celles du début des années 90. Depuis son retour au pouvoir en mars 2014, Michelle Bachelet a entrepris un agenda de réformes structurelles pour accomplir son objectif principal: réduire les inégalités.

En un an, la réforme fiscale est en ordre de marche, la réforme de l'éducation (passer d'un système lucratif a la gratuité de la scolarité pour 60% des étudiants en 2016), le changement du système électoral binominal (héritage de la dictature de Pinochet), l'union civile pour les couples homosexuels approuvé par le congrès, et l'annonce présidentielle d'une nouvelle constitution avant la fin de son mandat.

Pour les étudiants l'un des changements attendus de l'actuel gouvernement est l'accès gratuit à l'éducation, et la prise en compte de la jeunesse au sein de la formulation des politiques publiques. Rappelons que dans le pays de Neruda, l'endettement par étudiant est souvent de plus de 10 ou 15 ans pour pouvoir accéder à une formation universitaire. Depuis les grandes manifestations étudiantes de 2011, la société chilienne est plus consciente de ses droits et des reformes nécessaires pour y accéder.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

LA RÉFORME FISCALE MARQUE UN TOURNANT POUR LE CHILI.
ILLUSTRATION LO COLE
Bachelet paye le prix des reformes


La réforme fiscale, effectuée dans un temps relativement court (cinq mois), a été réalisée pour redistribuer les richesses et financer la réforme de l'éducation. Cependant, depuis le retour de Michelle Bachelet au pouvoir, l'opposition et le secteur privé ont exercé un climat de pression extraordinaire accusant cette réforme de faire fuir les investissements étranger, ce qui s'est avéré faux pour le premier trimestre 2015. Cette réforme fiscale a été un succès pour la présidente et son gouvernement, mais le prix politique payé est très élevé.


Ainsi, le nombre de retraits des poids lourds fidèles de la présidente s'est fait remarquer lors du premier remaniement ministériel en mai dernier, les libéraux ont rapidement rejoint les rangs du gouvernement pour imposer un agenda de réforme plus modéré, conséquence du climat de peur instauré par la droite, et favorisé par un contexte économique plutôt défavorable. C'est donc le réalisme politique qui reprend le dessus, pousse la présidente à conformer un gouvernement plus modérer et a atomiser ses réformes.

Un autre facteur qui dévie l'attention des réformes est la tourmente que vit la quasi-totalité de la classe politique chilienne par rapport aux financements illicites de campagne électorale, notamment des anciens ministres responsables de la campagne et proches de Madame Bachelet, mais aussi plusieurs sénateurs et autorités de l'opposition qui devront se présenter devant la justice prochainement. Cependant, étant dans un pays ou la presse appartient à deux grands groupes conservateurs, Michelle Bachelet doit faire face à un acharnement médiatique constant depuis l'éclatement de cette crise politique.


La continuité des reformes malgré la crise actuelle est vitale pour pouvoir poursuivre le progrès pour plus d'égalité au Chili. Un pays sans cohésion sociale est contre-productif pour le développement futur. Pablo Neruda s'exprimait ainsi: "L'espoir a deux très beaux enfants, le dédain et le courage. Le dédain pour la réalité des choses, le courage pour les changer".

lundi 8 juin 2015

HOLLANDE REÇOIT LA PRÉSIDENTE CHILIENNE MICHELLE BACHELET

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
HOLLANDE REÇOIT LA PRÉSIDENTE CHILIENNE MICHELLE BACHELET


Des partenariats renforcés


Une déclaration conjointe relative au renforcement du partenariat entre les deux pays sera signée au cours de cette visite qui doit aussi permettre d'encourager le développement des échanges économiques, notamment dans l'énergie, les infrastructures et l'eau. 

La conclusion d'un accord vacances-travail facilitera les échanges de jeunes, la France constituant déjà le 3e pays d'accueil des étudiants chiliens. 

Une déclaration d'intention proclamera la volonté des deux pays de renforcer leur coopération sur les droits des femmes. 

Son père est mort en prison sous Pinochet

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

Enfin, dans la perspective de la Conférence de Paris sur le climat en décembre prochain, la France et le Chili veulent travailler ensemble pour un accord universel, juridiquement contraignant et différencié, selon l'entourage de François Hollande. 

Après un entretien à 19 h 00, un dîner officiel est prévu à l'Élysée. 

Elue présidente en 2006, la socialiste Michelle Bachelet, 63 ans, dont le père est mort en prison à la suite de tortures sous la dictature du général Pinochet, a été réélue en 2013.

CHILI : LETTRE OUVERTE À MICHELLE BACHELET

Paris, 7 juin 2015

Madame  Michelle BACHELET

Présidente de la République du Chili 

Madame La Présidente Michelle BACHELET,
par la présente, plusieurs associations, des ex-prisonniers politiques, des ex-réfugiés politiques, des personnalités françaises et des familles des Détenus disparus vous signalent leur profonde préoccupation pour une centaine d'ex Prisonniers politiques de la dictature civique-militaire chilienne qui sont actuellement en grève de la faim. Leur objectif est d'obtenir le droit à une Indemnisation juste et adéquate de leur préjudice en conformité avec les dispositions internationales en matière de Droits de l'Homme.

Cette grève a commencé le 13 avril 2015 pour protester face au mépris des autorités qui n’ont pas respecté les accords établis lors d'une précédente grève de la faim en 2014. L'un de ces accords était la constitution d'une Commission tripartite pour discuter d’un projet d'indemnisation.

Les propositions du gouvernement, incluant la Création d'une "Commission de Haut Niveau", n'ont pas signifié une réponse concrète aux exigences des grévistes et c'est ainsi que la grève de la faim continue, aujourd'hui, dans sept villes et est accompagnée d'un fort soutien national et international.

Les ex Prisonniers en grève, par l'intermédiaire du "Comité National de la grève de la faim des Ex prisonniers politiques du Chili et Familles" continuent à porter leurs revendications.  Ils ont manifesté leur disposition au dialogue et ont proposé une annexe à "l'Accord" présenté par le gouvernement le 23 mai dernier. Dans ladite annexe, ils cherchent à "surmonter les indéfinitions et le manque d'engagement du texte officiel du gouvernement". Jusqu'à ce jour, ils n'ont pas eu de réponse et ils dénoncent, une fois de plus, la conduite insensible et l'absence de volonté politique de la part de l'exécutif pour trouver une issue à la mobilisation.

Ils proposent que la "Loi Courte" intègre : l’homologation de la pension Valech à la pension Rettig, la suppression de l'incompatibilité entre la pension Valech et celle de l’exonération et un bon à valoir sur l'année 2015. Ils ajoutent  qu'avec cela, "une réponse rapide serait donnée aux thèmes les plus urgents de la réparation non accordée" et que la "Commission de Haut Niveau pourrait accorder son effort à la Loi d'Indemnisation et  solder la dette sur d'autres engagements non résolus en matière des Droits de l'Homme", comme la suppression du secret de 50 ans, accordé aux témoignages rendus à la Commission Valech, éléments indispensables pour la Vérité et Justice.

Madame La Présidente, nous vous rappelons que l'Etat chilien a souscrit et ratifié les importantes conventions internationales suivantes :

- La Convention contre la Torture et autres traitements cruels, inhumains ou   dégradants, ratifiée par le Chili le 30 octobre 1988.
- La Convention Interaméricaine pour prévenir et sanctionner la Torture, ratifiée par
 le Chili le 15 septembre de 1988.
- Le Pacte International des Droits Civiles et Politiques, ratifié par le Chili le 12 février
1972.
- La Déclaration Universelle des Droits de l'Homme adoptée par unanimité en
Décembre de 1948 par l'Assemblée Générale de l'Organisation des Nations Unies
(ONU).

A cet égard, nous pouvons signaler que les mesures que l'Etat chilien a mises en œuvre portent gravement atteinte  aux conventions citées.

Le 5 mai dernier, la Commission Interaméricaine de DDHH (CIDH) a annoncé, dans une lettre adressée à l'Union des Ex prisonniers politiques (Unexpp), la notification à l'Etat chilien, du  début des procédures en relation à la dénonciation présentée l'année 2011 par l'Unexpp, en représentation de 1700 Ex Prisonniers politiques, pour ne pas accorder une Réparation et pour l'absence de poursuite des tortionnaires, c'est à dire pour permettre l'Impunité.

Malgré l'âge avancé des grévistes (70 ans en moyenne), les maladies, la fatigue et les séquelles de la répression, les survivants des camps et prisons clandestines, des camps de concentration, 50 jours après le début de la grève, signalent qu'ils ne sont pas disposés à capituler et qu'ils continueront jusqu'à obtenir une suite à leurs demandes.

Madame La Présidente, en raison de ces considérations, nous vous sollicitons d'utiliser toutes vos prérogatives afin de solutionner ce conflit et que la grève de la faim se termine sans faire de dommage majeur.

Nous exigeons que l'Etat chilien respecte les textes des Conventions nommées et qu'il en  accueille les recommandations, afin de garantir la pleine protection des Droits de l'Homme, les enquêtes sur la torture, la punition des responsables (annulation de Loi d'auto-amnistie de 1978) et une juste et adéquate réparation aux victimes, en conformité avec les dommages produits, tant au Chili (prison et torture), qu’à l'étranger (exil forcé).

Nous vous prions d'agréer, Madame La Présidente, nos sentiments les meilleurs.

Associations signataires:

Collectif DDHH au Chili (France)
Héctor Zavala Leiva
ddh_chili_fr@hotmail.com  - Tél. 33 (0) 1 49 77 07 51

Association Relmu-Paris
Marcelo Gauthier

Association "Jacques Damiani"
(Chiliens de Fontenay-sous-Bois)
Elwin Ayamante

Associations adhérentes:

Association des Anciens Réfugiés Politiques Chiliens en France.

Association Nuevo Concepto Latino
Association INREDES
Groupe F des Chiliens de Meaux
Association Terre et Liberté pour Arauco
Comité Chili-Amérique Latine


Personnalités françaises:

CHERKI Pascal Député Assemblée Nationale France)
CORONADO SERGIO Député de l'Assemblée Nationale de France. 2ème circonscription des Français Etablis hors de France
MUET Pierre Alain Député Assemblée Nationale de France
DELIGNE  François Maire de Guyancourt. Région de l'Ile de France
GIACOMETTI Pierre Secrétaire Général Syndicat Force Ouvrière des Chambres de Commerces et d'Industrie
BOUSIDI Lise  Radio Libertaire. Francia
BILLARD, Martine Co-présidente et Secrétaire Nationale à l'international - Parti de Gauche 
GARRIDO, Raquel Secrétaire Nationale - Porte Parole Parti de Gauche
MELENCHON, Jean-Luc Ex Sénateur - Ex Député européen - Délégué National à la Prospective - Parti de Gauche

Ex-Prisonniers Politiques, Ex-Refugiés Politiques et Familles des Détenus disparus:

ABGUILLERM, Orlando  Adhérent
AYAMANTE, Elwin Ex-Prisonnier Politique
CAMPOS, Luis Ex-Prisonnier Politique
CARRASCO, Luis  Ex-Prisonnier Politique
CERDA, Vladimir  Ex-Prisonnier Politique
CORTES, María  Ex-Réfugiée Politique
ESCOBAR, Víctor  Ex-Réfugié Politique
FARFAN, Raúl  Ex-Réfugié Politique
GAUTHIER, Marcelo Ex-Prisonnier Politique
GUZMAN, Leyla Ex-Réfugiée Politique
HENRIQUEZ, Martin Ex-Réfugié Politique
HONORES, Edgardo Ex-Prisonnier Politique
INOSTROZA, Leopoldo Ex-Prisonnier Politique
ITURRA, Pedro Ex-Prisonnier Politique
JARA, Luis Ex-Prisonnier Politique
JARPA, Manuel Ex-Prisonnier Politique
LEVINAO, Jeremías Ex-Prisonnier Politique
LIVIO CAMPOS, Germain Ex-Prisonnier Politique
LOPEZ FUENTES, Carlos  Ex-Prisonnier Politique
LOPEZ ROMERO, Elizabeth Ex-Prisonnière Politique. Détenue mineure.
MAZA, Norton Ex-Prisonnier Politique
MORALES MALDONADO, Julio Ex-Prisonnier Politique
MENDEZ CACERES, Haydée  Epouse de Détenu Disparu (Etienne Pesle)
PESLE, Ana María   Fille de Détenu Disparu (Etienne Pesle)
RODRIGUEZ, Christian  Ex-Réfugié Politique
ROMERO MAYEA, Elizabeth Ex-Prisonnière Politique
VEGA SALAZAR, Néstor  Ex-Prisonnier Politique
ZAVALA LEIVA, Héctor   Ex-Prisonnier Politique

samedi 6 juin 2015

L’ARGENTINE DE NOUVEAU CONDAMNÉE À REMBOURSER DES FONDS « VAUTOURS »

PHOTO DANIEL GARCIA
Nouveau coup dur financier pour Buenos Aires. Le juge américain Thomas Griesa a condamné, vendredi 5 juin, les autorités argentines à rembourser 5,2 milliards de dollars (soit 4,6 milliards d’euros) à plusieurs de ses créanciers. 
Le magistrat new-yorkais a fait droit aux 36 plaintes réunissant au total près de 500 bailleurs, qui demandaient à être payés de manière prioritaire. 
[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

L'ARGENTINE GUETTÉE PAR LES VAUTOURS
Cette somme s’ajoute à celle dont le pays doit s’acquitter auprès de plusieurs fonds d’investissements spéculatifs, dits « vautours » (hedge funds). En 2012, NML et Aurelius avaient en effet obtenu de la justice que Buenos Aires leur verse 1,33 milliard de dollars (1,19 milliard d’euros) – plus intérêts – au titre des obligations de dette achetées avant que le pays ne fasse faillite.


Après la banqueroute en 2001, 93 % des bailleurs ont accepté des restructurations de la dette du pays, d’abord en 2005 puis en 2010. L’Argentine aimerait rembourser en priorité ces créanciers conciliants, mais la justice américaine l’oblige à rembourser avant toute chose les « fonds vautours ». Le pays est depuis en conflit ouvert avec eux. Ceux-là, tout comme les 500 plaignants qui ont obtenu gain de cause vendredi, font partie des 7 % de créanciers qui ont refusé tout accord.

VALÉRIE PÉCRESSE RÉVISE SA GÉOGRAPHIE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
TRACTS réPUB DE LA CANDIDATE VALÉRIE P
LE SCAN POLITIQUE - La cheffe de file des réPUBlicains aux élections régionales d'Île-de-France s'interroge sur la distribution de 48 millions d'euros à l'étranger depuis 2010.
Tristan Quinault Maupoil
[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]    
TRACTS réPUB DE LA CANDIDATE VALÉRIE P
Deux mois après son entrée en campagne pour les élections régionales en Île-de-France, Valérie Pécresse lance vendredi une séquence pour dénoncer les dépenses engagées par l'équipe socialiste sortante à destination de l'international. «Une gabegie», estime son entourage. L'offensive de la droite prend la forme d'un tract et d'une vidéo décalés.

Le tract prend les traits d'une affichette au format A4. Au recto, une carte de l'Île-de-France où il est demandé aux citoyens où se trouve Santiago du Chili. Dans le Val d'Oise? Dans les Yvelines ou peut être en Seine-et-Marne? «Si vous ne trouvez pas, inutile de prendre des cours de géographie. Santiago du Chili n'est pas, comme son nom l'indique, en région Île-de-France ni même en France ou en Europe. Pourquoi, dans ces conditions, le conseil régional doit-il y financer une piste cyclable?», est-il inscrit en bas de la première page.
[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
VALÉRIE PÉCRESSE, NÉE VALÉRIE ROUX LE 14 JUILLET 1967 À NEUILLY-SUR-SEINE (HAUTS-DE-SEINE),  DÉPUTÉE UMP DES YVELINES DE 2002 À 2007, ELLE EST NOMMÉE MINISTRE DE L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE EN 2007, APRÈS L'ÉLECTION DE NICOLAS SARKOZY À LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE. ELLE MODIFIE PROFONDÉMENT LE MODÈLE UNIVERSITAIRE FRANÇAIS  ET IMPOSE LA RÉFORME NÉOLIBÉRALE DES UNIVERSITÉS.
Interloqué, le passant peut être tenté de trouver la réponse au verso. La droite y rappelle alors que la région Île-de-France a financé une piste cyclable dans la capitale chilienne à hauteur de 300.000 euros, que la célébration de l'anniversaire de la mort de Salvador Allende a coûté à la région 70.000 euros et que le peuple Kichwa de Sarayaku (Equateur) a obtenu une aide de 100.000 euros.

«Discours simpliste»

«À côté des tracts classiques nous voulons lancer une série de tracts-affichettes au ton décalé qui peuvent se conserver, se coller afin d'attiser la curiosité sur les enjeux du scrutin et les failles de la gestion socialiste pendant 17 ans», indique au Scan l'entourage de l'ex-ministre du Budget. Dimanche, c'est le troisième volet de la mini-série «vie de malade en Île-de-France» qui sera diffusée sur les réseaux sociaux de la candidate. On y verra une élue de gauche du conseil régional en consultation chez son médecin car «elle adore dépenser pour tout et n'importe quoi». «Vous êtes atteinte d'une ‘gabegite'. Un virus très contagieux au conseil régional», lui diagnostiquera le praticien.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
PHOTOS NASA LANDSAT MODIFIÉES PAR ALBERTO TEXIDO ZLATAR



Des attaques dénoncées à gauche. «Eh bien si le discours devient si simpliste...», s'agace Roberto Romero, vice-président PS du conseil régional d'Île-de-France chargé des Affaires internationales et européennes. L'élu assure que la politique de la région à destination de l'international «coûte moins d'un euro par habitant et par an». «Ça peut paraître impressionnant mais c'est très relatif quand on regarde le budget global de la région qui est d'environ 5 milliards d'euros annuels». «J'assume totalement les dépenses», indique encore le socialiste, qui jure qu'elles permettent ensuite à des entreprises franciliennes de décrocher plus facilement des contrats. La piste cyclable à Santiago du Chili «permettra par exemple à des entreprises de la région d'être en bonne position quand s'ouvrira un marché sur les vélos en autopartage», assure Roberto Romero.