mardi 28 mars 2017

MANDELA DAY, SIMPLE MINDS

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]



[ Pour écouterdouble-cliquer sur la flèche ] 
« MANDELA DAY » EST UNE CHANSON DU GROUPE DE ROCK ÉCOSSAIS SIMPLE MINDS. 
ELLE SORT EN FÉVRIER 1989 COMME FACE B DU SINGLE BELFAST CHILD
LICENCE YOUTUBE STANDARD  
DURÉE : 00:05:29

    AFRIQUE DU SUD : AHMED KATHRADA, FIGURE DE LA LUTTE ANTI-APARTHEID, EST MORT


    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

    NELSON MANDELA ET AHMED KATHRADA
    Le vétéran de la lutte anti-apartheid en Afrique du Sud Ahmed Kathrada, compagnon de cellule de Nelson Mandela dans la prison de Robben Island, est mort mardi 28 mars à Johannesburg à l’âge de 87 ans, des suites d’une opération, a annoncé la fondation qui porte son nom.
    Le Monde.fr avec l'AFP
    AHMED KATHRADA
    «LFondation Ahmed Kathrada est très triste d’annoncer la mort du vétéran de l’ANC Ahmed Kathrada, 87 ans, ce matin à l’hôpital Donald Gordon de Johannesburg. » Il est mort « en paix » des suites d’une opération chirurgicale au cerveau, a ajouté la Fondation dans un communiqué.


    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

    POCHETTE DE
    «MANDELA DAY»
     
    [ Pour écoutercliquer sur la flèche ] 
    « MANDELA DAY » EST UNE CHANSON DU GROUPE DE ROCK ÉCOSSAIS SIMPLE MINDS.
     
    ELLE SORT EN FÉVRIER 1989 COMME FACE B DU SINGLE BELFAST CHILD

     LICENCE YOUTUBE STANDARD  
    DURÉE : 00:05:29

    Ancien député et conseiller du président Mandela pendant son seul mandat à la tête de l’Afrique du Sud (1994-1999), il faisait partie du premier cercle des dirigeants historiques du Congrès national africain (ANC). Surnommé « Oncle Kathy », il s’était notamment illustré à la fin des années 1980 lors des négociations entre l’ANC et le régime blanc qui ont abouti au début des années 1990 à la chute de l’apartheid et aux premières élections libres du pays en 1994.

    « C’est une grande perte pour l’ANC, plus largement pour le mouvement de libération et l’Afrique du Sud, a déploré le directeur de la fondation, Neeshan Balton. Kathy était une source d’inspiration pour des millions de gens à travers le monde. »


    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

    AHMED KATHRANA, SURNOMMÉ « ONCLE KATHY », S'ÉTAIT NOTAMMENT ILLUSTRÉ 
    À LA FIN DES ANNÉES 1980 LORS DES NÉGOCIATIONS ENTRE L'ANC ET LE RÉGIME
    BLANC QUI ONT ABOUTI AU DÉBUT DES ANNÉES 1990 À LA CHUTE DE L'APARTHEID 
    ET AUX PREMIÈRES ÉLECTIONS LIBRES DU PAYS EN 1994. PHOTO  AFP

    « Un révolutionnaire déterminé »

    « Le camarade Kathy était une bonne âme, humaine et humble », a pour sa part réagi son compagnon d’armes et membre de sa fondation Derek Hanekom. « C’était un révolutionnaire déterminé qui a donné sa vie entière au combat pour la liberté dans notre pays », a-t-il ajouté, cité par la fondation.

    Né le 21 août 1929 dans une petite ville de ce qui était alors la province du Transvaal-Occidental, dans une famille d’immigrés indiens, il avait quitté l’école à 17 ans pour participer à la lutte contre les lois sur l’habitat séparé.


    AHMED KATHRADA, FIGURE DE LA LUTTE ANTI-APARTHEID
    Ahmed Kathrada avait été arrêté en 1963 avec Nelson Mandela et une partie de l’état-major de l’ANC dans leur QG clandestin de Johannesburg et inculpé de sabotage. Condamné l’année suivante à la réclusion à perpétuité, il a rejoint le pénitencier de Robben Island et n’en est sorti que vingt-six ans plus tard.

    Dans son autobiographie Un long chemin vers la liberté, Nelson Mandela évoque sa première rencontre à Robben Island avec ce jeune membre « impétueux » du Congrès sud-africain indien, qui représentait alors la communauté indienne. « Kathy était un type élancé, pas habitué au dur labeur physique », écrit-il en référence aux travaux forcés imposés aux détenus. « Madiba » se souvient que les gardiens raillaient ses difficultés à soulever une brouette pleine de pierres. Mais sitôt de retour dans sa cellule, Kathy redevenait l’enseignant et le fin politique qui s’est illustré à la fin des années 1980 lors des négociations entre l’ANC et le régime d’apartheid.

    « La liberté n’est pas tombé du ciel »


     AHMED KATHRADA & BARBARA HOGAN
    Tout au long de sa vie, il est resté très pudique sur les conditions de sa détention. « La liberté n’est pas tombée du ciel, nous avons combattu pour cette liberté, fait des sacrifices », dira-t-il simplement. Depuis la mort de Nelson Mandela en 2013, Ahmed Kathrada était l’un des trois derniers survivants du procès dit de Rivonia.

    Depuis sa retraite politique en 1999, il dirigeait la fondation qui porte son nom pour lutter contre les inégalités et promouvoir les droits humains. Récemment, il était sorti du silence et de sa retraite pour critiquer la marche prise par l’ANC sous la direction de l’actuel président, Jacob Zuma.

    En 2016, il avait pris la plume pour lui demander de démissionner après sa condamnation dans l’affaire de la rénovation de sa résidence privée par des fonds publics. Il n’avait pas manqué non plus de dénoncer la corruption qui gangrène son parti.

    Jamais marié, sans enfants, il a partagé les dernières années de sa vie avec une pasionaria de la lutte anti-apartheid, Barbara Hogan.


    SUR LE MÊME SUJET :
    MANDELA
    DAY

    lundi 27 mars 2017

    MICHELLE BACHELET, PRÉSIDENTE DU CHILI, VISITE HAÏTI CE LUNDI

    REVUE DES TROUPES CHILIENNES BASÉES
    AU CAP-HAITIEN ET À PORT-AU-PRINCE 
    En effet, l’ambassade de la République du Chili en Haïti annonce la signature d’un accord bilatéral pour la compatibilité ou l’équivalence et la reconnaissance d’études des cycles de l’enseignement de base ou fondamental et de l’enseignement moyen ou secondaire. 

    Selon le communiqué de l’ambassade chilienne, un agenda surchargé attend la présidente Bachelet qui rencontrera son Homologue, le président de la République, Jovenel Moïse. Madame Bachelet visitera à Port-au-Prince l'école nationale « République du Chili » reconstruite après le séisme de 2010 grâce à un projet multisectoriel emblématique de la coopération chilienne, et rendra aussi visite aux troupes chiliennes basées au Cap-Haitien et à Port- au-Prince. 

    REVUE DES TROUPES CHILIENNES BASÉES
    AU CAP-HAITIEN ET À PORT-AU-PRINCE 
    Une rencontre aura lieu également entre la présidente Bachelet et la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies et chef de la MINUSTAH, Sandra Honoré, dans le contexte de la coordination pour le retrait des troupes chiliennes, prévu le 15 avril 2017. 

    Initialement prévue à la fin du mois de janvier, la visite du chef de l'État chilien a été reportée suite à la série d'incendies de forêt qui ont touché le centre-sud du pays. La visite du 27 mars prochain intervient donc dans le cadre des 80 ans des relations diplomatiques entre les deux pays. 

    « Au cours des dernières décennies, le Chili a été présent en Haïti à travers divers projets de coopération et la contribution de ses troupes à la MINUSTAH, avec un fort engagement de renforcer la démocratie haïtienne ainsi que son développement économique et social », rappelle le communiqué énumérant des domaines de coopération tels que l'éducation, axé sur les écoles maternelles, le financement des bourses, la reconstruction des écoles, les microentreprises, l'environnement et surtout, le renforcement de la capacité de la Police Nationale d’Haïti (PNH), par la formation de près de 250 policiers. 

    Après l’escale haïtienne, la présidente chilienne, Michelle Bachelet, selon la presse de son pays, mettre le cap pour l’Europe où elle se rendra respectivement à Genève et à Lisbonne. Elle n’en est pas à sa première visite en Haïti. Le 20 février 2010, peu après le séisme, la dirigeante andine, qui effectuait une dernière tournée internationale avant de quitter le fauteuil présidentiel, a été reçue au palais national par l’ancien président René Préval et son épouse. 

    dimanche 26 mars 2017

    VIANDE AVARIÉE : LA CHINE, LE CHILI ET L’EGYPTE VONT REPRENDRE LEURS IMPORTATIONS BRÉSILIENNES

    DES INSPECTEURS DE L'OFFICE DE PROTECTION
    DES CONSOMMATEURS PROCON VÉRIFIENT LA VIANDE
    D'UNE CHAMBRE FROIDE D'UN SUPERMARCHÉ
    DE RIO DE JANEIRO, LE 24 MARS 2017
    PHOTO YASUYOSHI CHIBA
    « La Chine a annoncé aujourd’hui la réouverture totale de son marché aux viandes brésiliennes », s’est félicité Blairo Maggi, sans préciser toutefois quand la reprise des importations, suspendues lundi, sera effective. Le ministère rappelle que les seules restrictions concernent les produits en provenance des 21 usines de transformation de viande visées par l’enquête à l’origine du scandale.

    La Chine est le deuxième acheteur de viande de bœuf brésilienne, derrière Hongkong, avec plus de 703 millions de dollars d’importations en 2016. Pour ce qui est de la viande de poulet, la Chine figure aussi au deuxième rang, avec près de 859,5 millions de dollars d’importations.

    Corruption des inspecteurs des services d’hygiène

    Les autorités chiliennes et égyptiennes ont fait de même samedi, « ne maintenant par précaution que la suspension des importations de viande bovine, porcine et volaille provenant des vingt et un établissements » épinglés. Le Chili est le sixième importateur de viande rouge brésilienne et l’Egypte, troisième pays acheteur de viande bovine du Brésil.

    L’affaire a éclaté lorsque la police brésilienne a découvert la semaine dernière que des gros exportateurs de viande avaient corrompu des inspecteurs des services d’hygiène pour certifier de la viande avariée comme étant propre à la consommation.

    Vendredi matin, Hongkong a annoncé le « rappel complet » de toutes les viandes ou volailles «réfrigérées ou congelées » déjà importées et provenant des 21 usines suspectes. L’Union européenne a quant à elle fait savoir vendredi que «tous les lots de viande provenant d’établissements impliqués dans la fraude et qui sont actuellement en route vers l’UE seront rejetés et renvoyés au Brésil ».

    « LA FORCE DU PEUPLE »: LE SLOGAN DE L'AFFICHE DE CAMPAGNE DE MÉLENCHON



    Le candidat de La France insoumise dévoile officiellement son affiche de campagne. 


    L'affiche de campagne de Jean-Luc Mélenchon a été dévoilée ce dimanche. Le candidat de La France insoumise a choisi comme slogan "La force du peuple" pour mener campagne. Elle sera officiellement présentée dimanche après-midi à l'occasion du meeting que le candidat va tenir à 15 heures à Rennes.

    ¡AY, CARAMBA! : LA BOLIVIE ACCUSE LE CHILI DE HARCELER DEUX JOURNALISTES BOLIVIENS

    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
    DESSIN  DRAGAN 

    Expulsé du Chili 

    Sandra Mariscal, qui a reçu un simple visa de touriste, « a été obligée de signer un document dans lequel elle s’engageait à ne pas exercer son travail de journaliste », a indiqué la ministre bolivienne de la Communication, Gisela Lopez, lors d’une conférence de presse. Pour sa part, Erick Condorena a été expulsé du Chili.

    Détention préventive 

    Son retour en Bolivie était prévu pour vendredi en fin d’après-midi, selon le ministère bolivien des Affaires étrangères. Cet incident intervient dans un contexte de tensions entre les deux pays. Deux militaires et sept fonctionnaires des douanes boliviens sont en « détention préventive » depuis quelques jours au Chili, accusés de vols et contrebande sur le territoire chilien. 

    Relations suspendues depuis 1978 

    La présidente chilienne Michelle Bachelet a affirmé que les fonctionnaires chiliens avaient tenté de voler des camions sur le territoire chilien. M. Morales a pour sa part indiqué qu’il s’agissait d’une saisie. Les relations entre les deux pays sont suspendues depuis 1978 en raison du différend frontalier sur l’accès à la mer. – Avec Belga

    vendredi 24 mars 2017

    CHILI : LE TRAVAIL VA REPRENDRE À LA 1ÈRE MINE DE CUIVRE AU MONDE

    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


    Mais son redémarrage ne signifie pas que travailleurs et direction ont trouvé un accord : au contraire, c'est justement l'échec des négociations qui a poussé les salariés à invoquer l'article 369 du code du travail pour prolonger pendant 18 mois les accords collectifs en vigueur, a déclaré à l'AFP l'avocat du syndicat, Marco Lopez. 

    La renégociation de ces accords, pour une durée de quatre ans, avait été l'élément déclencheur de la grève, le 9 février dernier, les deux parties n'arrivant pas à concilier leurs différences. 

    En faisant appel au nouveau code du travail, issu de la récente réforme chilienne du travail, le syndicat gagne du temps et obtient le maintien temporaire des avantages déjà négociés. 

    "Avec cette décision, on force (le maintien des) accords collectifs pour 18 mois, à partir du 1er février 2017, avec la nécessité de démarrer une nouvelle négociation le 1er juin 2018", a-t-il expliqué dans un communiqué. 

    "Nous avons ainsi préservé l'avenir des nouvelles générations de travailleurs de cette entreprise", a assuré le syndicat, qui rassemble les 2.500 travailleurs du site. 

    Les salariés "prévoient de reprendre le travail samedi", a déclaré Maître Marco Lopez à l'AFP. 

    Peu avant, la direction de la mine avait annoncé "la dissolution de la table des négociations" après l'échec des discussions, donnant au syndicat un ultimatum, jusqu'au 28 mars, pour accepter ou non sa dernière offre. 

    La perspective qu'il contourne cela en invoquant le nouveau code du travail était alors vue comme n'étant "bonne pour personne" et "un scénario compliqué", avait expliqué le président de la mine, Marcelo Castillo. 

    - '18 mois de mauvaises relations' - 

    En dernier ressort, la direction proposait une prime de fin de conflit de 11,5 millions de pesos (environ 17.400 dollars) par travailleur, tout en maintenant les conditions des accords collectifs arrivés à expiration le 31 janvier. 

    Mais les grévistes, qui réclamaient un bonus d'environ 40.000 dollars et une hausse des salaires de 7%, voulaient aussi que tous ces avantages bénéficient aux nouveaux embauchés, contrairement aux projets de la direction. 

    Pour Gustavo Lagos, professeur à l'Université catholique de Santiago et spécialiste du secteur minier, la solution adoptée par les salariés est "la pire qui pouvait arriver, car il va y avoir 18 mois de mauvaises relations" entre direction et travailleurs, ce qui certainement "affectera la production". 

    Mais d'un autre côté, observe-t-il, en reprenant le travail et en reportant les discussions à dans 18 mois, cela pourrait "refroidir un peu les esprits et mener à des négociations sur des bases plus rationnelles". 

    En faisant ce choix, les salariés ont non seulement perdu le droit à une prime de fin de conflit mais aussi le salaire qu'ils auraient dû toucher pendant ce mois et demi de grève. 

    Pendant cet arrêt forcé, la mine a cessé de produire 85.000 à 95.000 tonnes de cuivre fin par jour, soit 3,6 à 4 millions de tonnes au total, selon Marcelo Castillo, estimant lors d'une conférence de presse que la mine mettra "six à huit mois" à revenir entièrement à la normale. 

    Le syndicat a lui calculé les pertes de recettes pour BHP Billiton à un milliard de dollars, "actuelles et post-grève en raison du temps pour rétablir totalement les opérations". 

    Mercredi, BHP Billiton, qui détient 57,5% d'Escondida, avait annoncé la suspension de deux projets stratégiques, la construction d'un site de dessalinisation d'eau et d'une centrale solaire à concentration, en raison de la grève. 

    En février le Chili, premier producteur de métal rouge du monde avec près d'un tiers de l'offre globale, a vu sa production chuter de 12%.