jeudi 29 septembre 2016

QUATRIÈME ANNIVERSAIRE DE LA MORT DU PRÊTRE FRANÇAIS PIERRE DUBOIS

LE PRETRE PIERRE DUBOIS S'INTERPOSE ENTRE LES POLICIERS ANTI-ÉMEUTE ET DES MANIFESTANTS, POUR EMPÊCHER LES FORCES DE RÉPRESSION D’ENTRER DANS LE QUARTIER PAUVRE DE LA VICTORIA, QUI MANIFESTE SON OPPOSITION À LA DICTATURE D’AUGUSTO PINOCHET. CETTE IMAGE CAPTÉE LE 27 MARS 1984 AU CHILI A FAIT LE TOUR DU MONDE.
Le lundi 1er Octobre 2012, ses obsèques ont été célébrées dans la Cathédrale de Santiago. Au terme de la cérémonie, il fut crématisé selon ses vœux, et ses cendres furent transférées à La Victoria, un quartier déshérité du sud de Santiago connu pour avoir opposé une vive résistance au régime de Pinochet.

La Croix annonce son décès en publiant l’article « Décès du P. Pierre DUBOIS, opposant à la dictature chilienne ». Il y est rapporté que « Le P. Pierre DUBOIS, farouche opposant à la dictature d’Augustin PINOCHET (1973-1990) est décédé vendredi 28 septembre à l’âge de 80 ans, a annoncé l’Église chilienne. Il était atteint de la maladie de Parkinson ». Par ailleurs, l’article souligne que « Prêtre Fidei Donum français, il avait obtenu la nationalité chilienne en 2001 et vivait dans la paroisse de Notre Dame de la Victoire, dans le sud de Santiago, une zone dont les habitants se sont opposés au régime PINOCHET. Il fut à la fois témoin et acteur des bouleversements politiques, sociaux et économiques qui ont touché le Chili tout au long de ces années ».

Pour sa part, RFI fait part de son décès via l’article intitulé « Chili : mort du prêtre français Pierre DUBOIS, opposant à la dictature ». Il y est annoncé que « Le père Pierre DUBOIS est mort à l’âge de 80 ans à la Victoire, la commune pauvre de Santiago où il avait passé presque toute sa vie. Ce Français, naturalisé chilien en 2001, était un farouche opposant à la dictature d’Augusto DUBOIS. Expulsé du pays en 1986, il était revenu en 1990, au retour de la démocratie. Les bras en croix devant un bus de la police militarisée. C’est ainsi que les Chiliens se souviennent du père Pierre DUBOIS. Cette image captée le 27 mars 1984 a fait le tour du monde. Le prêtre ouvrier tente alors d’empêcher les forces de répression d’entrer dans le quartier pauvre de la Victoria, qui manifeste son opposition à la dictature d’Augusto PINOCHET ».


mardi 27 septembre 2016

LES FARC SIGNENT UN ACCORD DE PAIX HISTORIQUE, LE CHEF DE LA GUÉRILLA DEMANDE PARDON

Ajouter une légende

Timochenko a demandé pardon pour la première fois aux  «victimes du conflit» qui déchire ce pays depuis plus d'un demi-siècle et fait des centaines de milliers de morts et disparus. 

SIÈGE DE L'UNIVERSITÉ DU CHILI À BEAUCHEF 850, SANTIAGO
Après avoir signé l'accord de paix historique avec le président Juan Manuel Santos, il a promis  «une nouvelle ère de réconciliation» au cours de son discours prononcé lors de la cérémonie solennelle à Carthagène des Indes (nord).

samedi 24 septembre 2016

CHILI: PINOCHET AVAIT PERSONNELLEMENT ORDONNÉ LA LIQUIDATION D'ORLANDO LETELIER



SALVADOR ALLENDE (À GAUCHE), LE PRÉSIDENT DU CHILI PARLE À ORLANDO LETELIER, 
AMBASSADEUR CHILIEN AUX ÉTATS-UNIS LORS D'UNE RÉUNION À QUITO EN 1971.
Mme Bachelet est elle-même une ancienne opposante qui fut torturée sous le régime de Pinochet. 

Les nouveaux fichiers comprennent un rapport de l'agence du renseignement américaine (CIA) datant de 1987, certifiant que Pinochet avait orchestré lui-même l'attentat dans les rues de Washington. 

"Nous voyons la preuve que le président Pinochet a personnellement ordonné à son chef du renseignement de mener à bien l'assassinat", soulignait alors la CIA dans un rapport, a souligné Peter Kornbluh, spécialiste aux Archives de la Sécurité nationale. 

Les dossiers remis vendredi à Mme Bachelet sont la "dernière partie des documents liés à l'assassinat" d'Orlando Letelier, selon le département d'État. En octobre de l'an dernier, le chef de la diplomatie américaine John Kerry avait déjà donné à Michelle Bachelet à Santiago un millier de documents déclassifiés relatifs à cette affaire. 

Orlando Letelier était un ancien ministre des Affaires étrangères du président socialiste évincé Salvador Allende et l'un des plus farouches opposants de Pinochet. Il a été tué avec la femme d'un de ses collaborateurs américains, Ronni Moffitt, dans l'explosion de sa voiture, piégée par la police politique redoutée de Pinochet (la Dina). 

L'explosion s'est produite le 21 septembre 1976 en plein coeur de Washington, dans le quartier des ambassades. Michael Moffitt, le collaborateur de M. Letelier et mari de Ronni Moffitt, également présent dans la voiture, a été grièvement blessé mais a survécu. 

Cet attentat à la voiture piégée, la seule action terroriste téléguidée par un  État étranger à jamais s'être produite à Washington, avait déclenché un tollé dans la capitale américaine. 
Il était acquis depuis plusieurs années que la police secrète de Pinochet était derrière l'assassinat d'Orlando Letelier, mais ces nouveaux documents pointent la responsabilité personnelle de l'ancien président chilien, au pouvoir de 1974 à 1990. 

L'ancien dictateur, décédé en 2006, n'a jamais été inquiété pour cet assassinat mais la Cour suprême du Chili avait condamné à 6 et 7 ans de prison en 1995 deux généraux impliqués dans cette affaire. 

CHILI : LA PAUVRETÉ A DIMINUÉ ENTRE 2013 ET 2015, PASSANT DE 14,4 % À 11,7 %

« Il est très important que nous ayons pu dans un contexte international complexe, avec des prix du cuivre bas, diminuer de 2013 à 2015 la pauvreté au Chili de 14,4 % à 11,7 % ».

La chef de l’État a ajouté « Ce qui est important, c’est que nous parlons d’environ 400 000 personnes qui ont échappé à la pauvreté. Cela signifie que nous allons dans la bonne direction de sorte qu’il s’agit de très bonnes nouvelles ».

« Je pense que cela à voir avec les politiques sociales sur lesquelles nous nous sommes concentrées, concernant les plus vulnérables et aussi la classe moyenne », a souligné Michelle Bachelet.

Au cours des dernières années, le Chili a mis au point des plans pour le développement social afin d’éradiquer la pauvreté, malgré l’effondrement des revenus de cuivre, dont le pays est le plus grand producteur mondial. La « pauvreté multidimensionnelle » qui inclut la qualité de vie des personnes, l’environnement a chuté à 19,1 pour cent (environ 20,4 pour cent), tandis que l’extrême pauvreté est tombée 8,1 pour cent (9,9 % en 2015).

Il est à noter que cinq dimensions sont prises en compte pour évaluer la pauvreté multidimensionnelle : l’éducation, la santé, le travail et la sécurité sociale, le logement et l’environnement, la mise en réseau et la cohésion sociale. 83 887 foyers sont concernés dans le pays.

Sur cette situation, la présidente exécutive d’Amérique Solidaria, Benito Baranda, a expliqué que « le coup le plus dur qui n’a pas été en mesure d’être inversé au Chili concerne l’enfance et la jeunesse », 18 pour cent d’entre eux confrontés par la pauvreté, et chez les enfants et les jeunes qui sont en dehors du système éducatif, ce taux grimpe encore.

« On estime qu’il y a 600 000 personnes qui sont hors des systèmes éducatifs et des systèmes d’emploi entre 14 ans et 24, et ces gens ne fournissent pas un revenu pour leurs familles, ils n’améliorent pas leur scolarité, par conséquent, ils sont confrontés à un avenir difficile », a-t-elle ajouté.

En ce qui concerne la situation entre les différentes régions, le ministre Barraza a précisé qu’« il y a sept régions ou statistiquement la pauvreté a diminué significativement, y compris La Araucania, l’une des régions présentant les niveaux les plus élevés la pauvreté ».

« La pauvreté a diminué de manière significative dans l’Araucanie, dans la région du Biobio, également dans la région de Los Rios, qui sont des zones où la population indigène est importante ».

Le Ministre du Développement social, Marcos Barraza, a souligné que l’inégalité a enregistré une diminution modérée passant à 0,495 en 2015 (0,504 en 2014). Selon la Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), la pauvreté dans la région a augmenté de 29,2 pour cent en 2015, légèrement au-dessus du niveau de l’année précédente au milieu d’un scénario de croissance économique dans la région.

Le gouvernement de Bachelet, qui a pris ses fonctions en mars 2014, deux années marquées par une croissance du PIB d’environ 2 %, dans un contexte marqué par la baisse du prix international du cuivre, le principal produit d’exportation du pays.
Bachelet a lancé une réforme fiscale et a établi la gratuité de l’enseignement universitaire à quelque 200 000 étudiants, dans le cadre de la poursuite des réformes menées,  des mesures jugées insuffisantes par les principaux intéressés qui sont descendus manifester leur mécontentement dans les rues.

EVO MORALES SONNE LA CHARGE CONTRE LE CHILI

Attachement à la «Terre-Mère»

À la tribune du Conseil des droits de l’homme, Evo Morales rappelait lui-même ses premiers pas à l’ONU, en tant que défenseur des petits cultivateurs de coca, mais aussi son attachement aux droits de la «Terre-Mère», déjà reconnus par une loi en Bolivie, et dont le président bolivien rêve qu’elle pourrait guider la conduite de la communauté internationale tout entière. «L’être humain ne peut pas exister sans la Terre-Mère, résume-t-il. Mais l’inverse n’est pas vrai.»

C’est pourtant exclusivement un assaut implacable que le leader andin est venu lancer à Genève contre son voisin chilien. La Bolivie n’a aucun accès à la mer depuis la guerre dite du Pacifique, en 1879, a rappelé le président. Or, actuellement, 80% de ses exportations et la moitié de ses importations transitent par les ports chiliens. Un trajet de 190 kilomètres qui, dans la bouche du président, se transforme en un calvaire et une humiliation quotidienne pour des milliers de Boliviens.

Traité datant de 1904

Un traité conclu en 1904 entre les deux pays oblige théoriquement le Chili à accorder à la Bolivie un accès commercial «perpétuel» aux ports situés sur le Pacifique. Or non seulement, selon le Bolivien, cet accord «imposé» à l’époque par la puissance britannique est «injuste». Il est aussi violé quotidiennement.

Sans négliger aucun détail, Evo Morales a décrit les nuits glaciales passées dans les véhicules devant les douanes chiliennes fermées. L’interdiction pour les commerçants et les familles boliviennes d’amener le moindre aliment avec eux, sous prétexte de mesures d’hygiène. La totale absence d’eau potable et de toilettes le long de la route, et les amendes infligées à ceux qui sont forcés de se soulager dans les fourrés. Les marchandises déchargées par les Chiliens, les camions fouillés, les containers vidés…

La Terre-Mère a acquis ses droits en Bolivie. Mais les Boliviens, entre la frontière et les ports d’Arica ou d’Antofagasta, n’en ont aucun, à en croire leur président.

lundi 19 septembre 2016

HAÏTI - SÉCURITÉ : LE CHILI ANNONCE LE RETRAIT DÉFINITIF DE SES TROUPES D'HAÏTI


« Cette décision a été communiquée officiellement à l'Organisation des Nations Unies, par conséquent, nous avons donné l'ordre de retrait, » a expliqué Gomez « L'Organisation des Nations Unies espère qu'après les élections législatives et présidentielles, Haïti se stabilisera ».

Rappelons que la première présence de militaires chilien en Haïti, date de 2004, après la chute de l’ex Président Jean-Bertrand Aristide. Le Chili avait envoyé à l’époque un contingent d'environ 500 hommes dans le cadre de Minustah. 

À l'heure actuelle, les forces armées chiliennes sont d’environ 340 soldats sur le terrain, plus 47 affectés à la gestion des hélicoptères, 11 policiers (UNPol) et 5 officiers au Quartier Général de la Minustah, effectifs qui seront transférés dans d'autres Mission de Paix dans le monde.

SL/ HaïtiLibre 

dimanche 11 septembre 2016

L’AUTRE 11 SEPTEMBRE





LES MINISTRES CHILIENS DE L'INTÉRIEUR, MARIO FERNÁNDEZ, ET DU TRAVAIL, XIMENA RINCÓN, VISITENT LE STADE NATIONAL. ILS L'ONT PARCOURU POUR ENCOURAGER LES CITOYENS À VISITER LES «LIEUX DE MÉMOIRE» LORS DE LA COMMÉMORATION DU 11 SEPTEMBRE 1973. PHOTOS AGENCE ATON


On ne peut ignorer le rôle et la responsabilité directe des États-Unis, particulièrement de la CIA et des multinationales américaines comme l’ITT, dans le coup militaire sanglant.

Profonde gratitude

Des milliers de Québécois d’origine chilienne sont arrivés ici, dont moi-même et ma famille, pour fuir les atrocités commises par le régime militaire, condamné chaque année par l’ONU et par d’autres organismes internationaux. Je tiens à exprimer, une fois de plus, ma profonde gratitude à tous les Québécois de naissance pour leur accueil généreux, chaleureux et fraternel dans ces moments très difficiles de nos vies. ______________________


video


Souvenons-nous du cas de Carmen Quintana, cette jeune fille brûlée atrocement par les militaires en 1986 et qui fut soignée ici par des gens pleins de compassion et de compétence. Cela constitue un exemple vivant de l’énorme solidarité du peuple québécois envers les réfugiés chiliens.

Après plusieurs années de pressions exercées par la communauté chilienne de Montréal — et avec notre appui financier —, la Ville de Montréal a érigé une oeuvre d’art à la mémoire d’Allende au parc Jean-Drapeau. Ainsi, notre rêve s’est finalement concrétisé en 2009. L’auteur de cette oeuvre est le réputé sculpteur québécois Michel de Broin. Pour une plus grande visibilité, cette sculpture devrait être transférée au centre de Montréal.

De nombreuses activités se dérouleront au Chili et dans les grandes villes où habitent des Chiliens pour rendre hommage à l’une des personnalités les plus remarquables du XXe siècle. Parmi d’autres manifestations à Montréal, ce 11 septembre, à midi, nous nous rencontrerons au parc Jean-Drapeau, au pied de l’arbre de la mémoire, pour rendre hommage à ce grand chef d’État démocrate et socialiste que fut Salvador Allende.